Partagez | 

 Räj MINATO

avatarInvitéInvité
MessageSujet: Räj MINATO   03.02.15 2:42
Räj MINATO

Nom : MINATO
Prénom : Räj
Age : 18 ans

Nationalité : Japonaise
Orientation sexuelle : Se cherche encore

Groupe : Me, Myself and I

Classe : Prepa L
Club : Athlétisme
Situation financière :Richissime (merci papa)
Baito / Fonction : Délégué de classe ? Very Happy
Logement : Pensionnaire

Personnage de l'avatar ? Ja'far de MAGI

Keep a secret ? Ah enfin ! le petit secret inavouable ! Raj est achmophobe : il a peur de tout objet pointu de type seringue, aiguille, couteau ou encore ciseau ou même compas.

En apparence je suis ...

Räj est beau et il le sait. Il en joue d'ailleurs beaucoup. Le jeune homme possède des yeux verts magnifiques qui passent rarement inaperçus. Ses cheveux sont raides et fins. Il les a teint en blanc et ça plaît beaucoup aux photographes des magasines dans lesquels il pose. Ceci contraste avec sa peau souvent pâle l'hiver mais qui prend facilement des couleurs dès qu'il prend un peu le soleil. Il n'est pas très grand, simplement dans la norme pour un japonais du haut de ses 1m70. Son corps est bien sculpté. Sa silhouette est fine et élancée. Quand on le voit comme ça avec son kimono en soie beige aux liserais verts, on ne devinerait pas pour deux sous qu'il sois si finement musclé mais Räj entretien son corps. Il a plus l'air d'une brindille de loin. Les traits de son visage eux sont fins, sa peau est parfaite et sans imperfections. Une vraie gueule d'ange avec un sourire colgate à en faire tomber plus d'une. On le croirait tout droit sortie d'une de ses pubs d'ailleurs parfois. Le physique c'est son atout majeur. Il porte très souvent son kimono sauf en sport évidemment où il le troque pour un T-shirt et un pantacourt mettant sa silhouette en valeur.

Et à l'intérieur ...

Räj est un garçon imbus de lui même. Il aime que l'on flatte son égo surdimensionné. Il est beau et il le sait très bien. Il se trouve d'ailleurs tout à fais à son goût lui même. De ce fait, il est très coquet. Il prend soin de lui et il est hors de question de sortir défroqué ou mal coiffé. Il est loin d'être négligé, il est même un peu maniaque. Il est souvent souriant mais ne vous laissez pas leurrer ce n'est qu'une passade. Au fond, il est loin d'être jovial. C'est même un véritable glaçon. Ce n'est pas le type de bon vivant avec qui vous allez vous éclater. Räj est de nature très méfiant et de ce fait, s'il laisse croire qu'il s'ouvre facilement aux autres, il referme aussitôt la porte au nez de quiconque essaie de devenir trop intime avec lui. Il a peur de l'engagement et peur de donner sa confiance aux gens. Ce qui l'inquiète le plus c'est que l'on puisse le blesser. Derrière cette carapace de garçon un peu hautain et sur de lui se cache quelqu'un de très vulnérable près à tomber à n'importe quel moment. Pudique, il ne se déshabillera jamais en publique et il ne pleurera jamais devant quelqu'un. Si cela doit arriver, il le fera toujours en cachette. Je vous rassure, il ne pleure pas facilement, il s'est forgé une carapace. C'est une personne qui peut se montrer très impulsive dans ses réactions par contre. Il ne se bat pas souvent mais il sait tout de même se défendre si on lui marche sur les pieds. Il s'entends généralement bien avec la gente féminine mais beaucoup moins avec les garçons surtout les sportifs qui ont tendance à le jalouser.

Once upon a time ...

Cette histoire commence bien avant la naissance du petit Raj Minato. A l’origine, une histoire d’amour naissante entre une simple danseuse indienne et un grand chef d’entreprise japonais. Mr Minato était un richissime et puissant entrepreneur dans les métiers du tissu et de la soie. Il était à la tête d’une chaine de production de vêtements luxueux au Japon qui se vendait à travers le monde entier, connu pour la qualité de sa soie irréprochable. Lors d’un de ses nombreux déplacement en Inde, il fit la connaissance par le plus grand des hasards de celle qui sera par la suite sa future femme, une jeune indienne alors âgée d’une vingtaine d’années à peine. Elle dansait le soir dans un des lieux les plus fréquentés de New Delhi. La jeune indienne avait une plastique parfaite et surtout des yeux verts magnifiques comme deux émeraudes qui tapèrent dans l’oeil du riche homme d’affaire.

D’un signe de la main, Kentaro Minato interpella le gérant avant de lui glisser quelques mots à l’oreille. Confortablement installé sur sa banquette du carré VIP, une coupe de champagne à la main, il adressa un clin d’oeil à la danseuse qui en bonne professionnelle n’y prêta pas plus d’attention et continua son numéro en détournant le regard. A la fin du spectacle, le gérant vint interpeller la jeune femme l’éclipsant du groupe avant de lui expliquer qu’un client avait payé une très grosse somme pour qu’il lui tienne compagnie. Non il n’y avait là rien de sexuel… le japonais invita la danseuse à ses côtés en lui offrant une coupe avant d’engager la conversation. Il lui dit alors avec une gêne à peine camouflée :

- Excusez moi de vous déranger en plein travail mais je me devais de vous dire que vous avez des yeux absolument magnifiques. Je m’appelle Kentaro Minato. J'espère que je ne vous fais pas peur. Quel est votre nom ?

Un peu destabilisée, la jeune demoiselle regarda autour d’elle un instant avant de répondre, son visage encore caché derrière un voile violet transparent qui laissait à peine deviner le rougissement de ses joues :

- Punya…

La timidité de la jeune femme décrocha un sourire à Kentaro. L’homme se pencha vers elle et lui glissa quelques mots à l’oreille faisant ricanner la danseuse. C’est ainsi que leur histoire commencèrent dans cette complicité naissante. Ces braises à peine allumées prirent de l’empleur a fur et à mesure des rendez-vous. Jusqu’au jour où Kentaro fit une proposition des plus déconcertante à la jeune femme. Il la racompagna chez elle après son service du soir et devant la porte il attrapa la jeune femme par la main :

- Punya ? j’ai quelque chose de très important à te demander…

Accroché à ses lèvres, la jeune femme retint son souffle tout en le suppliant du regard de mettre fin à ce suspens insoutenable. Sans attendre, Kentaro esquissa un petit sourire pincer avant de lui demander :

- Est ce que tu serais prête à me suivre dans mon pays au Japon ? Est ce que tu serais prête à tout quitter pour venir vivre avec moi là bas ? Tu sais, je pourrais t’offrir une bonne situation. Tu ne manqueras de rien.

Un peu sous le choc la jeune femme retira sa main. Elle n’en revenait pas. Cela faisait à peine un mois qu’elle le connaissait. Comment faire confiance à quelqu’un que l’on connait à peine ? Elle se recula d’un pas avant de répondre :

- Je ne sais pas… on se connait si peu. J’ai besoin d’un peu de temps pour réfléchir.

Kentaro, visiblement déçu respecta cependant ce choix. Il mit ses mains dans ses poches avant de lui avouer :

- D’accord, je comprend. Je te donne jusqu’à la fin de la semaine. Après ça, je dois repartir. A toi de me dire si tu viens avec moi ou si tu mets fin à notre relation. Comme tu le sais, je ne suis ici que pour affaire, je ne reviendrais certainement pas avant longtemps.

Punya acquiesça puis rentra chez elle après avoir déposé un tendre baiser sur la joue de son aimé. Elle réfléchit toute la semaine à cette incroyable opportunité qui s’offrait à elle. Lorsque Kentaro revint en fin de semaine devant chez elle, elle portait un châle et avait sa valise à la main. L’homme comprit alors que la jeune femme le suivrait. Sans attendre, ils s’envolèrent pour le Japon. Quelques mois plus tard, ils se marièrent. Un magnifique et grand mariage pas mal décrier par la famille Minato d'ailleurs. En effet, pour eux, cette femme n’épousait Kentaro que pourle dépouiller son argent, la rumeur d'un mariage arrangé courrait même parmis les convives. Le père de Raj se mit beaucoup de gens à dos avec cette cérémonie mais qu’importe. Pour lui, cela n’avait pas d’importance. Il vivait son idylle avec celle pour qui il avait eu le coup de foudre et les gens pouvaient bien parler il n’avait pas besoin d’eux dans sa vie, il réussissait très bien tout seul. Punya avait la belle vie, elle était passé de sa misérable petite vie de danseuse au statut de femme d’un homme d’affaire très influent. Elle était chérie par son mari, ne comptant plus le nombre de bijoux ou de vêtements luxueux qu’il pouvait lui offrir pour combler ses absences mais elle se sentait si seule loin de son pays et de sa propre famille.

Très vite, elle éprouva le besoin de porter un enfant. Kentaro était très réticent à cette idée. Il n’avait pas le temps mais avec l’insistance de son épouse et surtout ne supportant plus ses larmes, il se laissa convaincre. Après tout, ce n’était pas une si mauvaise idée, c’était la suite logique de leur relation. C’est donc dans l’année que naquit Räj Minato, un magnifique poupon qui hérita des yeux verts de sa mère. L’enfant aux cheveux de jais, comblait sa mère de bonheur et lui insuffla à nouveau le gout de vivre dans ce pays qui lui était si hostile. Elle pu s’adonner pleinement à son rôle de femme au foyer pour élever son jeune héritier. Kentaro lui aussi était très heureux mais comme tout chef d’entreprise c’était un père absent. Räj grandit alors entre les murs de ce grand appartement luxueux auprès de son seul modèle, sa mère. Punya était une femme très joyeuse et heureuse de vivre. Elle passait son temps à chanter et danser. Bercer par ses mélodies indiennes, Räj prit également goût à cette culture qu’il ne connaissait qu’à travers l’exemple que sa mère lui en donnait. Il aimait comme sa figure maternelle prendre soin de lui. Toujours tirer à quatre épingles, toujours élégant pour sortir. C’était souvent que les passants complimentait Punya pour le beau petit garçon qu’elle avait. Räj n’en était pas peu fière. Il en jouait d’ailleurs parfois pour se faire gâter auprès des commerçant de leur quartier. C’est fou le pouvoir que pouvait avoir un simple sourire sur ces gens là. Sa bouille d’ange n’était malheureusement pas la proie que d’avantage.

En effet, lorsque Räj fut en âge d’aller à l’école, il était très populaire auprès des filles. Il avait même 4 amoureuses ! et ça avait le don d’énerver les autres petits garçons de son école. Le jeune indien s’attira de nombreuses fois les foudres de ses camarades masculins et il lui arrivait de rentrer en boitant parce qu’il s’était prit un mauvais coup. Pour Raj, ça n’avait pas franchement d’importance (vraiment ?) ou peut-être que si mais il ne le montrait pas. D’ailleurs sa mère n’a jamais rien su de ses petites altercations, du moins, pas de la bouche de son fils qui prétextait toujours être tombé dans la cours ou avoir fait un faux mouvement en sport. Pourquoi ? Simplement parce que les seules fois où Räj avait eu le malheur de pleurer devant son père de ses mésaventures il n’avait eu que des remontrances :

- Arrête de pleurer ! Un homme ça ne pleure pas ! Tu n’es pas une fillette si ?
- N-nooooon
- Alors essuie moi ses larmes, relève la tête et sois fort d’accord ! Tu ne veux pas me décevoir n’est ce pas ?

Ces paroles avaient beaucoup d’importance pour le petit garçon qu’était Räj à l’époque. Son père ne se doutait certainement pas qu’elles auraient autant d’impact sur son fils mais elles étaient gravées dans son esprit. Depuis il arborai un sourire à toute épreuve même lorsqu’il avait mal, même s’il était triste. Avec l’expérience, Räj appris à user de sa popularité à son avantage. Il ne se faisait plus frappé parce qu’il s’était entouré des bonnes personnes. Il devint de plus en plus mesquin, de plus en plus manipulateur et imbus de lui même. Son petit jeu était très simple, il usait de ses atouts naturels pour s’attirer les faveurs des autres. C’était comme avec les commerçants de son quartier tout était dans le sourire et dans quelques paroles bien placées. Il n’avait pas besoin de forcément penser ce qu’il disait tant qu’il arrivait à ses fins.

Räj eu une enfance plutôt banale pas vraiment mouvementée. Il était heureux. Sa mère était aux petits soins avec lui. Son père était un fantôme. Il le voyait très peu et, de ce fait, ils se connaissaient très mal l’un l’autre mais il s’en fichait. Tant qu’il sortait son chéquier pour céder à ses moindres caprices pour se faire pardonner c’était parfait pour lui. D’ailleurs, il ne se gênait pas pour demander tout et n’importe quoi à son père, c’était devenu sa « banque » comme il aimait l’appeler avec ses copains. Räj était un très mauvais élève. Au collège, il avait des résultats catastrophiques. Il arrivait cependant toujours à passer grâce au petit coup de pouce de papa. Oui on peut arriver à tout quand on a les moyens et Räj avait cette chance. Ses mauvais résultats reflétaient surement ses mauvaises fréquentations. En effet, Räj souvent très populaire trainait avec des gens peu fréquentables pour se faire apprécier. Les mecs et les filles qui avaient le plus la côte mais aussi quelques voyous ou cancres comme on aimait bien les appeler. Il lui arrivait parfois de sécher les cours avec eux pour fumer rien que pour se les mettre dans la poche. C’est comme ça qu’il assurait ses arrières. C’est à cette même époque qu’il troqua ses magnifiques cheveux noirs pour une crinière blanche. Il lui arrivait déjà de faire des shooting photos avec des photographes pros, il adorait se faire prendre en photo et en plus de ça, il était photogénique.

Son père malheureusement était exaspéré par son comportement et les retours souvent négatifs de ses professeurs. D’ailleurs pour remédier à cela, il l’inscrit dans une des écoles privées les plus cotées de tokyo avec le plus fort taux de réussite. C’était un peu ambitieux de croire qu’une école allait changer son bulletin mais pourquoi pas après tout ? Il ne pouvait pas compter sur sa femme pour redresser la barre de toute manière son petit Räj n’avait pas de défauts à ses yeux. Ce n’était jamais de sa faute. Il suffisait qu’il fasse sa mine attristée pour qu’elle prenne sa défense. Ce sujet était souvent au coeur des disputes du couple parental. Les tensions entre son père et sa mère grandirent de plus en plus avec le temps. C’est lors de ses années lycée que Räj vécu l’année la plus dure de toute sa courte existence. Son père rentrait rarement mais lorsqu’il rentra ce mois ci, Räj entendit sa mère crier sur son paternel. C’était devenu plus fréquent mais ce soir là, il comprit que quelque chose n’allait pas. Il enleva le casque de sur ses oreilles et se leva de son lit où il était entrain de surfer sur son ordi portable. Il poussa la porte de sa chambre tout doucement et entendit ses parents qui se déchiraient :

- Comment tu as pu me faire ça ? Tu me poignarde dans le dos comme ça ! Salopard !
- Punya, au moins je suis honnête avec toi… je te le dis. Notre couple bat de l’aile depuis un moment et tu le sais … je ne pouvais plus garder ça pour moi. Il fallait que je te le dise.
- TAIS TOI ! TU SAIS OU TU PEUX TE LA METTRE TON HONNETETE !

Räj sursauta en entendant une assiette se briser sur le sol. Ca n’avait rien d’une petite engueulade. Tout ça sonnait la fin d’une histoire. Bizarrement même si Räj n’avait jamais vraiment été proche de son père, ça lui brisait le coeur d’entendre ça. Il retourna dans sa chambre sans bruit, déstabilisé par ce qu’il venait d’entendre. Et pour la première fois depuis longtemps, l’adolescent versa une larme en entendant la tension monter crescendo dans la cuisine. Comme beaucoup de jeunes de son âge, ses parents finirent par divorcer. Räj se renferma sur lui même dans cette période. Il fit également beaucoup de sport pour se dépenser et s’évader par la même occasion. Il n’avait plus la confiance facile même s’il ne laissa rien paraitre auprès de ses amis. Tout ceux qui essayèrent de se rapprocher d’avantage de lui se heurtèrent à un véritable glaçon. Il était imperméable. Le jeune indien avait beaucoup trop peur d’être blessé. Il voulait se préserver, ne pas ouvrir son coeur. Heureusement pour lui, Räj était pensionnaire à Seika à la rentrée prochaine ainsi il n’avait plus à penser aux problèmes d’adultes de ses parents. Il pouvait se vider l’esprit de cette mauvaise ambiance et il en était bien content, il allait enfin commencer une nouvelle vie : la sienne.
Le joueur
Prénom / Pseudo : Gilou :3
Age : 24 ans
Ancien ou nouveau ? Newbiiiiie
Comment avez-vous connu le forum ? Par Aki oo
As tu bien lu le règlement ? |OK| by Sky ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatarSky Lee★One Woman Army
• Messages : 984
• Yens (¥) : 129
• Date d'inscription : 19/09/2013

Carte ID
Age: 23 ans
Classe / Job: Prépa L / stage dans un journal
Logement: Shibuya
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 9:54
Bonjour et officiellement bienvenue parmi nous mon petit Räj! ^o^
Tu as l'honneur d'être mon premier membre à qui je dis:

****Tu es validé! :'3 ****

Alors, pour aller dans l'ordre et ne rien oublier, tu es donc bien:
- en 1ère prépa L
- chambre n° 12 avec... un certain Angelo, :3 tu le connais peut-être?
- personne d'autre ne s'étant proposé pour le poste, tu es officiellement le nouveau délégué des prépas L
(pense à le préciser dans baito/fonction ça fait classe! x)
Pour ce qui est du club, comme tu es en prépa, tu n'as aucun obligation de ce côté, mais je t'invite à jeter un coup d’œil ICI pour faire ton choix parmi les clubs existants. Nous n'avons pas encore de club d'athlétisme alors tu peux aussi attendre patiemment que trois autres membres se rallient à ta cause et le créer prochainement.

o/ n'oublie pas aussi de créer ta carte ID  et d'attacher cette belle fiche dans l'espace prévu à cet effet, ces deux fonctionnalités sont disponible sur ta page de profile.

Quoi qu'il en soit, encore une fois bienvenue et amuse-toi bien mon petit Räj, c'est un ordre du singe sur la branche!
:Sky:

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗


"I used to hold my freak back..."
Now I'm letting go:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seikang.forumactif.org/t1713-sky-lee-is-back-o
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 11:45
Wouaaaaaaaou ! o/

Super ! Je suis fier d'être ton premier validé Very Happy !
Merci beaucoup =3 je vais m'empresser d'entrer dans l'arène monsieur le singe (et d'embêter mon ami Angelo par la même occasion)
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 11:50
J'ai un délégué sexyyy ~♥

Bienvenue encore une fois :3
Revenir en haut Aller en bas
avatarKeiko KiyoshiStar ★
• Messages : 664
• Yens (¥) : 108
• Date d'inscription : 31/05/2014

Carte ID
Age: 24 ans
Classe / Job: Policière
Logement: Appartement à Shibuya
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 12:07
Bienvenuuuuue o/

Amuse toi bien ici !

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Je parle en Royalblue ouh yeah.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAléa DojuVery Important Person
• Messages : 386
• Yens (¥) : 87
• Date d'inscription : 29/10/2014

Carte ID
Age: 28
Classe / Job: Surveillante
Logement: Hors de Seika
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 13:00
Bienvenu o/

Fait attention à toi, je te surveille Razz

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Mo' parle en #0099ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 14:43
Bienvenue et félicitations pour ta validation le BG !

Attention si tu viens sur la cb quand une certaine rousse à lunettes rondes est dans la zone, elle risque de t'agresser à câlins <.<
Revenir en haut Aller en bas
avatarSaitô HibikiLégende
• Messages : 977
• Yens (¥) : 192
• Date d'inscription : 02/09/2013

Carte ID
Age: 26
Classe / Job: Prof de sport / Athlète pro / Vendeur
Logement: Garage Shibuya
MessageSujet: Re: Räj MINATO   04.02.15 14:52
Bienvenue chez nous =)
Attention, certains n'ont pas la lumière à tous les étages Wink

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

First a spark, then a flame, now a fire ! We explode !

Venez lire L'Ombre du Margrave et n'hésitez pas à commenter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Räj MINATO   
Revenir en haut Aller en bas
 
Räj MINATO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Epreuve de Minato
» Match Ie Minato
» Réservations diverses, Dépôt du TimeSkip
» Amphithéâtre Taijutsu
» The world belongs to us.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: