Partagez | 

 Good morning Japan ! [Terminée]

avatarInvitéInvité
MessageSujet: Good morning Japan ! [Terminée]   25.07.14 17:47
SPENCER LACROIX

Nom : Lacroix
Prénom : Spencer
Age : 16 ans

Nationalité : Canadienne
Orientation sexuelle : Homosexuelle...

Groupe : Element 0

Classe : 1er Année
Club : Seika – Baseball évidemment, ça va de soi, c’est tellement sexy.
Situation financière : Riche !
Baito / Fonction : Aucune fonction sergent.
Logement : Interne ! Dans tous les sens du terme… (Je sors, je sors…)


Personnage de l'avatar ? Luka Megurine - Vocaloid

Keep a secret ? Je suis complice du meurtre de ma mère.

En apparence je suis ...
On va faire simple et commencer par le haut, pour finir par le bas ! (désolée pour ceux qui y voient une connotation sexuelle derrière, ce n’est pas le cas… ou presque pas).

Pour tout ce qui est apparence, comme on peut le voir j’ai les cheveux très longs et roses. Pourquoi sont-ils roses ? C’est une légende que seuls les plus curieux auront le droit de connaitre. J’ai les yeux bleus, qui virent au violet l’été la plus part du temps. Un nez plutôt petit, des lèvres fines, une tête de fouine me direz-vous, et je suis d’accord avec ça. Pour le reste de mon corps, j’ai une poitrine qu’on peut situer dans la moyenne (ça dépend de quel pays bien sûr…). Ventre plat (je ne me vante pas, pas du tout). J’ai le physique typique d’une adolescente à vrai dire.

Combien je mesure… j’ai une taille proportionnelle à celle de mes cheveux ! Non, plus sérieusement, 1m65, ce qui est ni trop grand ni trop petit pour une fille de mon âge.

En apparence je suis une sage petite étudiante, habillée de son uniforme la quasi plus part du temps. En dehors de ça, j’aime m’habiller en noir, un style punk/rock, jean noir troué et veste en cuir, débardeur gris. Des fois garçon manqué lors des jours vides, comme le dimanche par exemple, j'enfile un sweet à capuche et un jogging large. Pour les chaussures, des Rangers, ou des Dr Martens.


Et à l'intérieur ...
Comment décrire le caractère d’une fille sans que ça en devienne complexe, là est la question. Je dirais que je suis une personne renfermée, je déteste montrer ce que je ressens et je préfère me dire d’ailleurs que je ne ressens rien, ça évite bien des soucis. Lorsque les gens me voient, ils ont tendance à décrire une fille plutôt froide, peu sympathique, que l’on n’aurait pas envie d’aborder. Une sorte de personne au cœur glacé, un fantôme, avec une présence pesante.

Dans le fond du fond, je suis quelqu’un d’ouverte. Prête à faire des rencontres et très sociable une fois que l’on a osé me parler. La plus part du temps optimiste, je n’en reste pas moins sombre, la solitude n’est pas une chose qui me terrifie, contrairement à la majorité des gens que je connais. J’ai confiance en moi, en ce que je fais et ce que je compte devenir. Pour ce qui est de ma confiance envers le reste du monde, elle est à 90% inexistante, sauf pour deux ou trois personnes.

Je m’interroge sur tout, tout le monde. Une grande curieuse, aucune soif de connaissance particulière, mais une envie de comprendre le monde qui m’entoure, le pourquoi du comment. J’aime beaucoup de choses, comme la musique, ou manger, passer du temps avec mes amis, les animaux aussi, etc. La seule chose que je n’aime pas, ce sont les personnes qui se pensent assez importantes pour juger et critiquer quelqu’un sur son physique ou encore sa manière de penser.

Niveau cœur, je vais faire court, très court : Je ne cherche personne, mais si une jolie fille vient me dire de jolis mots, je ne reste pas insensible, bien au contraire…

Oh, j’allais oublier de préciser… hahem. Je suis plutôt perverse dans l’âme, mais ça je vais le garder pour moi ! (Trop tard je crois).


Once upon a time ...

Par quoi commencer ?

Une description externe de la situation, je suis la benjamine d’une famille de 3 enfants, plus particulièrement de filles. Ma mère qui traine dans tout ça, et un père que je n’ai pas eu le temps de connaître. Tout ce petit monde est né au Canada, dans la ville de Laval. Une famille dans la moyenne financièrement, rien d’exceptionnelle d’après ce que m’ont dit mes sœurs.

Une description interne de la situation, de l’intérieure de cette famille aux allures parfaite… je préfère vous prévenir, ça sent mauvais.

---

Je devais alors avoir 8 ans, mes sœurs 16 et 20 ans. Un jour comme les autres, c’est l’été et il est 10h30, pas un nuage à l’horizon et pourtant un vent froid se glisse par la fenêtre entre-ouverte de ma chambre et me réveille. Tout en gardant ma couette sur le dos, je décide d’aller questionner ma mère, sur l’homme qui aurait dut être mon père, sur celui qui aurait dû me protéger et s’occuper de moi, ce que maman ne fait absolument pas. Marchant dans les couloirs et trébuchant à moitié sur les draps qui me réchauffent, j’arrive et toc trois fois à la porte de la pièce qui lui servait de chambre.

« Entre… »

Une voix roque, peu accueillante, aucun surnom affectif, rien.

La poignée pensant une tonne pour mes petits bras, je parviens à ouvrir difficilement sa porte et glisse ma tête tout doucement dans l’entrebâillement de celle-ci, comme si j’avais peur de voir la tête de ma mère au réveil. Elle était penchée sur le rebord de sa fenêtre, une cigarette à la main, un verre d’eau dans l’autre. Des cheveux en pétards, une mine à faire trembler les morts.

« Dis maman, est-ce que je peux te poser des questions sur papa ? »

La question venait de résonner dans toute la pièce, comme si le temps c’était arrêté. Et ce n’était pourtant pas ma petite voix qui avait pu faire cet effet-là.

« Ton père est mort. Tu le sais, je te l’ai déjà dit. Je le répète encore une fois Spencer, je ne peux rien te dire sur lui, et tu pourras me poser la question milles fois encore, je te répondrais toujours la même chose. »

J’avais parfaitement entendu ce qu’elle m’avait dit, pourtant je restais la, debout derrière elle, attendant une réponse, une vraie réponse. Je savais qu’elle me cachait quelque chose, j’avais beau être une enfant, je n’étais pas stupide pour autant.

« Vas-t-en maintenant, j’ai autre chose à faire qu’à répondre à tes questions, l’argent ne pousse pas sur les arbres tu sais ! »

Elle parlait de la mort de papa avec un détachement sans pareil. Non pas que ça la touchait d’en parler, mais c’était plus par agacement, par lassitude de devoir expliquer à mes sœurs et moi pourquoi elle est la seule à nous élever encore.

Les enfants étant perspicaces, je vais lentement vers la chambre de Kim, ma plus jeune sœur, pour lui poser la même question. Kim étant la seule à s’occuper un minimum de moi et étant également la seule à donner réponse à mes questions quotidiennes et parfois tordues, elle était la seule à pouvoir m’éclairer, du moins un minimum.
La porte de sa chambre étant déjà ouverte, j’entre doucement pour ne pas la réveiller. Elle était sur son téléphone, comme toujours, allongée sous la couette.

« Salut mini crotte, déjà debout ? »

Lorsque Kim me parlait, elle avait toujours une voix douce et esquissait souvent un sourire attendrissant.
« Oui… Je suis allée voir maman pour lui poser des questions sur papa, mais elle dit toujours la même chose, j’en ai marre…
- Tu lui as demandé quoi ?
- Rien, j’ai pas eu le temps, seulement si je pouvais lui poser des questions sur papa mais elle a pas voulu… elle a dit qu’elle avait rien à me dire…
- Tu connais maman ! Et je t’ai déjà dit qu’il avait eu un accident de voiture…
- Oui je sais, mais moi je veux savoir s’il était gentil ou pas, si lui il aurait pu s’occuper de moi, un peu plus que maman…
- J’ai pas très envie de parler de ça mon ange, désolée…
- D’accord, tant pis…
»

Toujours rien de plus, aucun visage à mettre sur le prénom, aucun caractère, rien. Mon père restait Thierry, mort dans un accident de voiture deux jours après ma naissance.

---

Plus le temps passait, plus je me renfermais sur moi-même. Une mère absente et pleine aux as, des sœurs qui étaient déjà entrées dans leur vie d’adultes, et moi au milieu de tout ça, perdue dans une maison ressemblant à un château, avec 36 couloirs et 24 chambres, je ne sais pas combien de femmes de ménage, qui ne servaient d’ailleurs à rien puisque rien ne bougeait dans la maison à part moi.

Jusqu’à l’âge de 13 ans, la situation est restée la même. J’ai grandi seule, et fatalement j’ai fini par parler toute seule, rentrer dans cette bulle mentale. La seule chose qui me détendait était la musique, plus particulièrement le style Rock’n’roll, une musique qui démonte les oreilles et qui permet de faire le vide au moins une minute ou deux.

Un dimanche, mes sœurs étant revenues à la maison pour passer une journée en « famille », nous étions donc toutes réunies, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps. Cette journée n’était bien évidemment pas l’initiative de ma mère, mais plus de mes sœurs, qui s’inquiétaient de savoir si je n’étais pas en piteux état ou même morte sous mon lit entre temps.

Après avoir mangé un plat préparé par le traiteur, mes sœurs se levèrent pour aller discuter ailleurs.

J’avais compris depuis bien longtemps que cela ne servait à rien d’essayer de discuter de choses d’adultes avec elles, puisque qu’après tout je n’y comprendrais pas grand-chose. Je marchais donc pour aller à ma chambre, lorsque j’entends quelqu’un murmurer une phrase d’une voix plutôt autoritaire. Je m’arrête et reconnais alors la voix de Piper, la plus vieille de mes sœurs, et une autre petite voix, celle de Kim.

« Non tu vas rien lui dire, ça sert à rien qu’elle soit au courant, elle comprendrait même pas et ça la bouleverserait plus qu’autre chose, fais pas de connerie, tu m’entends ?!
- Mais merde, elle a le droit de savoir non ? Enfin je sais pas, elle est pas stupide, puis toi-même tu m’as dit que tu trouvais ça louche…
- Que je trouvais ça louche ? De quoi tu parles ?
- Je te parle du fait que maman a fait augmenter l’assurance vie de papa même pas deux semaines avant sa mort ! Puis qu’elle en ai rien à foutre aussi, elle avait même l’air soulagée quand les flics lui ont dit que papa était mort. On était là, on l’a vue.
- Et alors ? Tu crois que ça lui apporterait quoi à la gamine de savoir que sa mère est une criminelle, ou une profiteuse, ou même les deux j’en sais rien !
- Mais…
- Non ! Stop, la discussion est terminée, la situation est bien comme elle est, fin de l’histoire.
»

J’étais vide. Non pas à cause de ce que mes sœurs venaient de dire, mais plus parce que cette révélation ne m’avait fait aucun choc. Je ne sais pas si à l’âge que j’avais cela aurait pu me faire quelque chose, ou si j’aurais même pu réaliser à quel point c’était important. La seule chose que j’avais en tête, c’était de me barrer de ce château merdique entretenu par des gens minables et sans intérêt, fuir ma mère qui n’en est pas une, et aller vivre seule comme toujours, mais autre part que dans cette maison pseudo-familiale.

Un peu plus tard dans la journée, il devait être 15h30 environ, je croise ma mère dans le salon, sa clope au bec et une mine déconfite, comme tous les jours depuis ma naissance. Assise sur le canapé, une petite musique de fond plutôt macabre et agaçante, elle me regarde avec un air plutôt intriguée.

« Ques’ta aujourd’hui ? Ton petit copain ta quittée ? »

Question typique d’une mère, question stupide et inutile.

Ferme ta gueule, merde. Une pensée plutôt haineuse, à 13 ans déjà je détestais ma mère, et ça n’allait pas s’arranger.

« Tiens, pour une fois que tu me poses une question ! Mais je vais faire comme toi, j’vais pas répondre tiens. »

Manges-toi ça, t’façon t’en as rien à foutre…

« Depuis quand tu me parles comme ça ? Je suis ta mère quand même ! »

Je ris jaune.
Ma mère ? Toi ? Et mon cul c’est du poulet ?

Je ne réponds rien. Qu’est-ce que j’aurais pu lui dire après tout ? Lui sortir une phrase d’adolescente, lui dire que j’me casse dans 3 ans, trois longues années encore à la croiser la, la contempler se décomposer doucement…

Je retourne dans ma chambre, la tête pleine de questions, un peu perdue. Est-ce que je dois la détester, ou juste m’en foutre ? Non ! Je ne voulais pas devenir comme elle, je ne voulais pas devenir cette personne dégueulasse. On dit souvent que les enfants essaient de ne pas devenir comme leurs parents, et finissent par leur ressembler quoiqu’il arrive. Ce n’était pas totalement faux.

---

Jusqu’à mes 15 ans, la situation resta la même. Tension, haine, et ignorance.
J’avais décidé de partir à l’autre bout du monde, techniquement le Japon me plaisait énormément même si ce n’était pas si loin de là où je me trouvais déjà. Au moins la barrière linguistique ne lui permettrait pas de venir me déranger dans mon havre de paix.

---

Un mardi soir, peu de temps après mon anniversaire. Je rentre des cours avec une amie, enfin… c’était plus une camarade qu’une amie, on discutait souvent mais elle ne savait absolument rien de moi à part mon prénom et mon nom de famille.

Personne à la maison, pas un bruit, seules les femmes de ménages étaient présentes. Tant mieux, je n’aurais pas à la croiser encore.

Un mot sur bar américain de la cuisine : « Rejoins-nous à l’hôpital, la vieille a eu un accident. Kim »

Je pose mon sac, sors, monte sur mon vélo et file à l’hosto. Je ne pédale pas spécialement vite, je n’étais pas inquiète, j’étais simplement dérangée. Je voulais absolument savoir ce qu’il c’était passé.

Une fois arrivée la bas, je demande aux infirmiers la chambre de ma mère. Chambre 115. Personne à l’intérieur. Je vois mes sœurs plus loin, sans aucune émotion particulière.

« Alors ? Y’a quoi ?
- Le temps que t’arrives c’était déjà foutu…
»

Piper avait dit ça avec une voix sérieuse et froide, pourtant c’est elle qui avait le plus de raison d’être attachée à maman.

---

Après avoir géré la paperasse, les documents sur l’héritage et tout ce qu’il en découlait, il était donc convenu que c’était Piper qui avait ma garde puisque c’était la plus grande de nous trois. Elle n’y avait vu aucune objection puisque ce ne sont pas les sous qui manquent, et je n’allais en rien la perturber dans sa vie car j’étais bientôt partie. Je n’avais pas changé d’avis sur le fait de m’en aller loin d’ici. De toute cette merde.

Le jour de mon départ pour le Japon, à l’aéroport, nous étions toutes les trois assises sur les bancs attendant le départ.

Le départ enfin annoncé, Kim se lève, s’accroupie en face de moi, colle sa tête contre la mienne et me murmure doucement…

« Ne nous en veut pas pour maman, mais c’était la seule chose à faire, c’est tout ce qu’elle méritait. »

Je n’étais pas certaine de comprendre ce qu’elle essayait de me dire, mais j’avais ma petite idée. Œil pour œil, dent pour dent.

C’est donc sans père ni mère que je débarque au Japon, blindée de tunes. Au moins je serais loin de toutes ces histoires. Enfin c’est ce que je pensais…

---

Kim :

Piper :



Le joueur
Prénom / Pseudo : Chloé, appelez-moi Casper the Ghost !
Age : 19 ans
Ancien ou nouveau ? New ! Nooon please, pas de bizutage.. :(
Comment avez-vous connu le forum ? Google maggle !
As tu bien lu le règlement ? Validé par Yu :3


Dernière édition par Spencer Lacroix le 31.07.14 17:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Good morning Japan ! [Terminée]   29.07.14 23:53
Hellow et bienvenue !!

Pour ta fiche, je me suis dit "encore un pavé à lire" mais j'ai lu rapidement et j'ai apprécié. Ta fiche est complète je n'ai rien a dire sauf (bah oui, c'est jamais tout rose) que je ne vois pas pourquoi le groupe des artistes ? ça n'est pas assez explicite pour moi, je pense que ton perso entre plus dans la catégorie des Element 0. Ensuite pour ton secret, est-ce qu'elle cache le fait qu'elle est orpheline ? si non il faudrait trouver autre chose, quelque chose qui ferait qu'elle ne doivent pas rester si ça venait à être découvert (ou du moins que ça la gênerait bcp)

Je te laisse poster après moi quand tu auras modifié ça!!

Courage :3
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Good morning Japan ! [Terminée]   31.07.14 17:27
J'ai modifié ce que tu as demandé !

En effet au départ je voulais écrire une autre histoire pour mon personnage donc le groupe était bien choisi, mais après j'ai oublié de modifier ^^' !

Et pour le secret c'est modifié aussi, s'il faut plus de détails à propos de ça je le ferais !

Merci d'avoir lu et bonne journée Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Good morning Japan ! [Terminée]   02.08.14 23:26
Impeccable, tout est parfait, je t'annonce donc que tu es validée !! (et désolée du retard ^^)

Donc, ton avatar est recensé, tu es dans la classe des premières années et dans le club de Baseball. Je t'ajoute de ce pas à ton groupe, les Element 0 et... ah oui, et tu es dans la chambre 21, seule pour le moment Very Happy

N'oublie pas de mettre le lien de ta fiche dans ton profil et de générer ta carte ID !

Bon RP parmi nous o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Good morning Japan ! [Terminée]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Good morning Japan ! [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good Morning England - Demande de partenariat
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» Good Morning, Good morning we talked the whole night through
» Good morning, sunshine. [Hiro Shima]
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: