Partagez | 

 Homerun !! Ah non, un rêve. || Shaporo [Finish]

avatarInvitéInvité
MessageSujet: Homerun !! Ah non, un rêve. || Shaporo [Finish]   24.07.14 20:18
Shaporo Fenihara

Nom : Fenihara
Prénom : Shaporo
Age : 17 ans

Nationalité : Japonais
Orientation sexuelle : Hétérosexuel

Groupe : Super Heroes !!

Classe : 1st year
Club : Baseball & basketball
Situation financière : Pauvre à tendance modeste
Baito / Fonction : //
Logement : Dortoir, chambre

Personnage de l'avatar ? Gintoki Sakata || Gintama

Keep a secret ?
C'est un secret non ? Pourquoi j'irai te le dire à toi que je ne connais même pas ? C'est pas une chose à dévoiler à tout bas, bon sang ! M'enfin, je sais même pas si t'es réel ou non, et puisque tu veux pas me lâcher, je vais te le dire. J'ai tué une personne. Une personne que j'appelais "Maman".

En apparence je suis ...
Bon, avant de parler de mon caractère, je dois d'abord répondre à tes attentes en décrivant mon physique hein ? Petit coquin. Il est quand même vrai que ça pourrait t'intéresser, que ce soit moi-même qui...Parle de moi ? M'enfin, tu vois ce que je veux dire. Grâce à ça, t'as un aperçu de ma personnalité et tout ça. Ou alors, ça t'aide puisque tu subis en ce moment même d'un faible, voire énorme, trouble visuel t'empêchant d'observer mon corps comme il se doit, c'est-à-dire avoir une estimation globale. Mais bon, si ça se trouve, t'es vraiment juste un gros dégueulasse homosexuel, monsieur le fantôme ? Bref, on va pas faire tout un débat là-dessus, ça me concerne pas vraiment, ou du moins je l'espère. Quoi qu'il en soit, il est temps d'aborder le vif du sujet.

Donc, je vais commencer par la généralité, et tout ce que l'on peut apercevoir de loin. L'apparence de l'individu en gros, s'il est maigre, costaud, gros, ce genre de truc. En ce qui me concerne, je possède une taille plutôt normale. Oui, le mètre quatre-vingt quatre, c'est pas mal même si on peut être plus grand. Bon, j'imagine que pour mon âge, c'est plutôt énorme...Pour ce qui est du poids, je suis aussi dans la moyenne, c'est-à-dire soixante dix-huit kilogrammes. Bon, c'est vrai que je ne suis pas chargé de muscle, mais je ne peux pas dire que je me pleins de ça. J'ai une allure athlétique qui ne s'expose pas tant que ça, quoi de mieux ? Quoi ? J'ai pas l'air d'avoir dix-sept ans de près comme de loin ? Et alors ?

Bref, ensuite, d'une inhabituelle teinte, ma chevelure argentée émet comme une faible lueur bleuâtre qui rajoute de la valeur en la singularité de ma personne. M'enfin, c'est ce que disent la plupart des gens. Moi, personnellement, je m'arrête souvent à : mes cheveux sont blancs avec quelques nuances grises. Je ne pense pas vraiment que ça me rende si unique. Puis, pour accentuer cette particularité, mes yeux ont trouvé le moyen d'obtenir une couleur d'une certaine gemme plutôt jolie, le rubis. Sur ce point, je ne peux nier les paroles d'autrui. Je suis plutôt heureux d'avoir eu ces yeux lors de ma naissance. Autrement, mon visage dans l'ensemble paraît agressif, comme si j'étais prêt à bondir sur ma proie à chaque mouvement que j'effectue. J'ai une expression d'un véritable chasseur, ou quelque chose comme ça.

Pour ce qui est du côté vestimentaire, je me contente du plus simple. Si je ne porte pas l'uniforme scolaire, un tee-shirt blanc recouvert par une veste noire me suffit. Ensuite, pour le bas, un jean commun maintenu par une ceinture marron. Rien d'exceptionnel dans tout ça. Cela dit, il m'arrive de souvent faire des cosplays et de me retrouver dans des costumes plus étranges les uns que les autres, mon préféré étant celui d'un samouraï.

Puis, sous ces vêtements, il y a des choses que je n'ai pas encore décrit. Tu vois, les cicatrices, les tatouages, tout ça, j'en ai pas encore fait mention. Bon bah j'ai abordé le sujet, je vais en parler. Côté blessure, j'ai pas grand chose, juste un petit sur mon bras droit. Pour ce qui est du dessin, c'est autre chose. J'en ai un plutôt magnifique au niveau du haut du dos. On dirait des ailes, mais en fait ce sont des écrits d'une langue étrangère, si c'est une langue ce truc. Pour être plus simple, on va dire que ce sont des signes dont la signification m'est inconnue.

Bref, je pense que c'est tout pour le physique. On passe au caractère maintenant ? Okay, on finit vite que je puisse me rendormir dans le coin.

Et à l'intérieur ...
Donc premièrement, comme tu peux le voir, je suis loin d'être une personne vraiment aimable. Non, je ne suis pas fier de l'annoncer, mais c'est comme ça. A vrai dire, je n'avais pas le choix que de développer ce tempérament. Bref, si je suis dissociable, c'est sûrement à cause de ma nature froide. Eh oui, ayant vécu un passé plutôt atroce, je n'arrive pas tout le temps à communiquer. Comment ça c'est pas vrai ? T’ose me contredire sale...Chose. Bon c'est vrai, j'avoue. Même avec mon tempérament, j'arrive tout de même à me faire des amis et tout ça avec mon style particulier qui m'oblige presque à être un mec complètement sarcastique. Et oui, j'aide parfois les gens, à ma propre manière cela dit.

Bon bon bon, mis à part mes capacités physiques, on ne peut pas vraiment dire que j'ai beaucoup de qualités...Autant passé aux défauts suivants. Ce qu'on remarque souvent, c'est que je ne suis pas trop enjoué dans ce que je fais. En plus d'être plutôt froid, d'être un réel salop, je ne laisse pas mes émotions s'afficher sur mon visage. Mon expression faciale reste neutre, pratiquement tout le temps. La joie, la tristesse, l'énervement, c'est comme si je ne ressens pas ces émotions, c'est comme si j'en ressens aucune. Mais on peut voir les points positifs, personne ne saura vraiment à quoi tu penses. D'accord, il m'arrive de laisser des émotions sortir, mais je ferais en sorte d'être seul. Mais arrête de dire que je mens bordel ! Tu commences à me faire chier à trouver la vérité dans ce que je dis ! Okay d'accord, je laisse mes expressions de joies et de bonnes humeur sortir ! Cependant, pour ce qui est de la tristesse et tout ça, je préfère les garder au fond de moi, voilà !

Par contre, tu peux être convaincu d'une chose chez moi, c'est mon honnêteté lors des promesses. Ces trucs ne sont pas à faire en ayant les yeux fermés. Ça se respecte. Elles ne doivent pas se donner sans réfléchir. Il faut savoir si l'on peut la tenir, si l'on échouera pas devant notre problème. On peut qualifier ça par l'état d'âme d'un individu. C'est une des choses que je respecte le plus. Une seule de ces promesses tenues équivaut à une énorme gloire obtenue après un magnifique match, et même plus parfois.

En plus, je dispose d'un sang-froid inégalé, ou plutôt, je ne suis pas affecté par les paroles des autres. Ils peuvent dire et penser ceux qu'ils veulent, je m'en foutrais royalement. Tant que ça ne me touche pas, et même si ça le fait, j'ai une idée précise de ce que je pense être et tout ça. J'ai mon propre point de vue parmi tant d'autres, et même si je suis tout seul, je garderai ce point de vue à moins que je ne décide de le changer moi-même, ayant remarqué mes erreurs. En aucun cas, je réagirais brusquement face aux dires d'un quelconque personnage, même si je pense qu'il a tort. Je risquerai juste de lui casser deux jambes, et de faire pareil à ceux qui oseront me chercher. Ah ! Tu l'avais pas vu venir cette dernière phrase hein !

Donc, en vérité, je suis quelqu'un qui aime me battre pour rien. Souvent, je le fais avec mon casque qui me recouvre les oreilles, m'offrant alors un bon son comme dans les films. C'est plutôt amusant, surtout quand on voit la réaction de ceux en face. Non attend...En fait, je garde presque tout le temps mon casque...Mouais.

On en vient enfin, à mes hobbies. Mon activité principale, dormir. Non, sans blague, c'est vraiment ça !  Bon, il est vrai que je lis pas mal de livre pour tenter d'être cultivé, mais même si j'ai des connaissances, je ne sais même pas ce que signifie ce que j'ai appris. Toutefois, je continus encore et encore. Ça passe le temps. A part ça, rien de spécial, si ce n'est faire des entraînements quotidiens de baseball et de basketball. Ah oui c'est vrai, j'adore ces deux sports, le premier des deux étant tout de même mon préféré. Voilà pour la partie chiante. Maintenant, on passe au plus intéressant pour toi, mon histoire.

Once upon a time ...
Parfois, j'aurai vraiment aimé que ça se passe différemment. Je veux dire, vraiment. J'étais encore jeune, je ne me doutais de rien. Je pensais que tout ce que je vivais était simplement normal. J'avais six ans lorsque tout commença à réellement me faire du mal. Le fait que je sois battu par ma mère, le fait que mon père n'était jamais présent. Pourquoi devais-je bien vivre ainsi ? Je n'avais rien fait de mal, je n'avais absolument rien fait. Cependant, il m'arrivait de telles horreurs. J'en étais souvent blessé. Mes seuls moments de réconforts survenaient lorsque mon père rentrait à la maison, et que l'on s'amusait tous les deux. On jouait au baseball. C'était aussi son métier. Cela dit, il n'était pas à un niveau qui nous permettait de vivre aisément, même s'il travaillait durement, il gagnait à peine de quoi nous nourrir. Ma mère...Ne faisait quasiment rien de ses journées. Elle se contentait juste de me frapper, de me réprimander, de me gronder, de...Voilà quoi.

Je voyais comment les autres familles se comportaient, me faisant alors douter. Ce que je vivais était vraiment commun ? N'était-ce pas plutôt une chose qui m'était unique, ou qui était assez rare ? « Maman est...Horrible. » Afin d'éviter les coups et les blessures, je restais dehors la plupart du temps, lorsque je n'étais pas en cours. Pour m'occuper, vu qu'à l'époque, je n'avais pas réellement d'amis, je prenais l'équipement de rechange de baseball de mon père, puis je m'amusais avec. Je lançais contre un mur, je frappais la balle contre le même mur, je l'attrapais bêtement avec le gant après l'avoir lancée en l'air. C'était mes principales activités quotidiennes.

L'année suivante, alors que je rentrais de mon entraînement solitaire, je surpris mes parents se disputer à propos de moi. Je le savais depuis longtemps, mais au fond de moi, je refusais de l'admettre. Ma mère ne me souhaitait pas, tout comme mon père. Cependant, lui était responsable et agissait comme un vrai père, alors que ma mère, elle, continuait à me renier. A ce moment, j'avais comme un choc émotionnel. Je partis dans ma chambre sans me faire remarquer, les laissant argumenter sur mon abandon ou non.

Huit ans. Depuis le jour où je découvris leur petit secret, mon enthousiasme s'envolait. Même si j'étais traité comme une ordure, j'avais l'habitude de rester positif et de faire les choses à fond. Mais tout cela était fini. Je ne m'appliquais même plus, je souriais que rarement, je restais cloîtré dans ma chambre. J'avais comme perdu mon envie de vivre. Dans ma tête, une question résonnait perpétuellement : « Que faire à présent ? »

Le jour des impôts. C'était toujours un mauvais jour. Mon père était généralement avec son équipe à cette période de l'année, je restais seul avec ma mère, et ce n'était pas pour mon plus grand bien. Cette fois-ci, ça allait vraiment mal. Ma mère s'était effondrée devant les papiers des factures, prouvant ainsi qu'on était mal partis. Allait-on passer cette année ? Ou plutôt, comment allait-on passer cette année ? Ce fut ce qui me vint à l'esprit à ce moment.

Ma mère sortit alors, me laissant seul à la maison. Je devais me débrouiller pour préparer le dîner, mais je ne savais rien faire. Du coup, je n'allais certainement pas manger ce soir-là. Je restais alors accroupie dans un coin du salon, attendant que le temps passe. Cela dit, la faim commença à me prendre. Sans plus tarder, je me dirigeai dans la cuisine pour récupérer la dernière pomme du frigo, et partis ensuite l’éplucher dans le salon. Une fois le fameux repas terminé, je revins à ma position initiale. Sans m'en rendre compte, je m'étais endormi pendant un peu plus de deux heures.

A mon réveil, je fus pris d'effroi. Ma mère se tenait devant moi, le visage rouge, le sourire aux lèvres. Elle me souriait ? Certainement pas, ça serait trop étrange. Rien que l'idée qu'elle puisse être gentille avec moi me faisait peur. Elle avait quelque chose derrière l'esprit, mais quoi, je n'en savais rien. Je la fixais juste, sans penser à rien. « Ma...man ? »

« C'est ta faute...C'est ta faute pas vrai ! » D'un coup, elle se jeta sur moi, puis attrapa mon coup pour m'étrangler. Qu'est-ce qui lui prenait ? Non en vrai, je n'arrivais même plus à penser. Je ne faisais que me débattre pour ne pas mourir, car oui au final, je ne voulais pas mourir. Une fois que je fis face à la mort, je ne voulais plus y succomber. J'avais alors trouvé une solution pour m'extirper de cette situation. « Aaaaaarrrhg ! Petit con ! » C'était son cri de douleur. J'avais attrapé le couteau qui était dans le coin, qui m'avait servi à éplucher ma pomme, puis l'avait planté dans le bras droit de ma mère avant de le reprendre et de le serrer contre mon corps, au niveau de mon cœur.

« Maman...Je suis...Je... » J'étais encore plus en panique, je ne savais plus quoi faire. Cependant, je ne pouvais plus bouger. Je voulais courir jusqu'à  ma chambre, mais mon corps ne m'écoutait pas. A la suite de cela, ma mère fut encore plus enragée. « M'appelle pas comme ça t'entend ! Ah ! » Elle revint alors à la charge. Par réflexe, je me défendis à nouveau, frappant cette fois-ci par devant, laissant le couteau dans le corps de ma mère, avant de me coller contre le mur de la maison.

Ma mère tomba alors, mais j'étais encore atteint. Cependant, quelque minutes plus tard, elle ne se relevait toujours pas. Je vins alors près d'elle et la secouai pour tenter de la réveiller. « Maman ? Maman ! Eh maman ! » Juste après, une pensée me traversa l'esprit. La suivant alors, je retirai l'arme qui me servit de défense et à ce moment, mon père venait de rentrer, offrant alors un timing digne des grandes tragédies.

Je le regardais alors, quelques secondes, sans dire un mot. Puis je m'affolai subitement. « Papa ! Maman est...Maman est.. ! » Alors que des larmes commençaient à couler de mes yeux, la réaction de mon père m'inquiétait. Son visage montrait de l'effroi, et surtout, me désignait déjà comme coupable. Je pouvais presque lire « Qu'as-tu fait ? » Je ne tentais même pas de lui expliquer, je jetais simplement le couteau et me mis en boule tout en pleurant en silence.

Lorsque je me repris, l'ambulance était là, la police était là. J'allais très certainement me faire questionner à propos de tout ça. Je me contentais alors de révéler la vérité, ou du moins ce que je savais. « Maman m'a attaqué et et...Et je me suis défendu... » Le corps de ma mère fut ensuite transporté. Elle était morte à cause de mon coup, pile au niveau du cœur. J'avais tué quelqu'un. Encore plus, j'avais tué ma mère.

L'enquête prit fin rapidement. Grâce aux recherches, on put apprendre que ma mère était saoul après une soirée qu'elle avait passé à boire de l'alcool. On m'avait considéré comme innocent, mais le choc émotionnel que cela m'avait causé me fit perdre une année complète d'étude. En complément, mon père n'ayant pas supporté cela m'envoya chez ses parents avec qui il n'est jamais en contact habituellement. En l'espace de moins d'un an, j'avais perdu ma mère, mon père, mon propre être.

Dix ans. La vie avait repris son cours, j'allais à l'école tous les jours, je rentrais chez mes grands parents, mais je ne m'amusais pratiquement plus. Ayant remarqué cela, mon grand père me proposa de faire du sport. Avant, j'adorais pratiquer du baseball, mais cette année là, rien que de voir du matériel me faisait de la peine. A la place, on m'offrit un ballon. Un ballon de basket avec tout ce qu'il fallait pour pouvoir jouer. « Ojii-chan, obaa-chan...Il fallait pas en faire autant pour moi, vu notre situation surtout... » Rien à faire, ces derniers souhaitaient juste me voir jouer, sourire, rire, être heureux.

J'appris donc les règles de moi-même, puis je faisais quelque dribbles dehors avant de tirer au panier. Rapidement, ça se transforma en entraînement quotidien, comme anciennement pour le baseball. Bien que j'y prenais un peu de plaisir, je ne pouvais pas oublier les horreurs du passé. Chaque nuit, je me revoyais devant ma mère, le couteau à la main. Chaque nuit, j'endurais ça pour ne pas effrayer mes grands parents.

Peu à peu, je commençais à changer. J'arrivais de nouveau à sourire, bien qu'il n'était pas réel. J'arrivais à parler normalement aux autres. L'année de mes onze ans, j'avais même rejoint le club de basketball. Il s'avérait que j'avais un vrai talent pour ce sport. En tout cas, jouer dans une équipe n'était pas la même chose que jouer seul dans la rue. Ceci dit, j'arrivais tout de même à m'intégrer, à faire participer l'équipe et ne pas faire des actions stupides. Cette même année, on avait participé à un tournoi inter-école où l'on put se hisser à la première place grâce à mon sauvetage de dernière minute, et grâce à notre bon jeu d'équipe.

Douze ans, dernier grade de la primaire. J'étais toujours dans le même club. Ma performance s'était encore améliorée, on allait encore participer à un tournoi. Tout allait pour le mieux, ou du moins rien ne changeait réellement. Cependant, un soir, en rentrant chez moi, il y eut une petite intervention qui me bouleversa. Une balle vint rouler jusque moi, une balle de baseball. J'eus quelques frissons avant d'être interpellé par un joueur. « Dis, tu peux nous envoyer la balle s't'eu plait ? Merci d'avance ! » Après avoir hésité trois petites secondes, je vins à leur rendre cette foutue balle. Cela dit, instinctivement, je m'étais aussi mis en position de lanceur puis effectuai un lancer parfait, droit dans le gant du receveur.

La sensation m'était revenue. Elle restait dans ma main droite. C'était une douce sensation qui ne me déplaisait pas, au contraire même. J'avais presque oublié, j'adorais jouer au baseball plus que tout.

« Hé ! Tu joues toi non ? C'est un beau lancer que t'as fait là ! Tu voudrais pas rejoindre notre club ? Il nous manque un joueur.
- Désolé, je suis déjà dans le club de basketball.
- Aller quoi ! Tu peux faire partie des deux à la fois, c'est pas si grave ! »

Je ne lui rendis pas réponse et me tus avant de partir. Je m'étais déjà dis que je n'allais plus faire de baseball, plus après ce que j'avais enduré.

Malgré tout, l'idée de refaire du baseball me traversa l'esprit plusieurs fois tout au long de l'année. Ce n'était pas parce que je détestais en faire d'ailleurs, c'était juste que ça me rappelait une mauvaise chose. Néanmoins, je me concentrais sur le basket et sur le tournoi. Ainsi, on put le remporter une seconde fois, et ce d'affilée.

Seconde année de collège. Mes résultats atteignaient juste le dessus de la moyenne, mais j'étais devenu encore plus fort au niveau du sport. En outre, j'avais encore renforcé mon mental. J'avais de nouveau changé. Cette fois-ci, je gardais toujours une expression joyeuse, et ce même si j'en étais malheureux. Au lieu de pleurer, je m'efforçais à sourire, voire rire, pour que la peine ne soit pas trop grande. C'était un concept étrange qui marchait malgré cela.

Voilà. Seconde occasion de refaire du baseball. Cette fois-ci, je n'allais pas refuser. Au fond de moi, je voulais vraiment y rejouer. Position, lanceur et huitième batteur. Bien que mes lancers étaient superbes, que mes courses étaient bonnes, j'étais tout simplement mauvais à la batte. Bien que je tentais de corriger ça au cours de l'année, j'arrivais à peine à renvoyer la balle.

Dernier année de collège, avec un tournoi en vue, pour les deux sports que je pratiquais. Pour le basket, notre équipe avait gagné haut la main. J'étais évidemment celui qui avait contribué à la victoire. En même temps, j'étais l'ace de l'équipe. Cela dit, côté baseball, c'était plus compliqué. Dans la dernière demi-manche, le score était de 8-7 pour notre équipe. J'étais sur le monticule. Two outs. Two strikes. Three balls. Seconde base prise. Mon épaule était engourdie, j'avais lancé durant la totalité du match. Je lançais contre le cinquième batteur. Un dernier strike et c'était la victoire. Je lançais alors la balle en direction du gant de mon receveur. La balle était bien partie, la vitesse était excellente. La trajectoire était bonne, la balle était dans la limite de la zone. Le batteur agita alors la batte, puis un sourire se dessina sur mon visage. Fin du match. Victoire...Victoire 9-8 de l'équipe adverse. Homerun. Il m'avait claqué un fabuleux homerun. J'avais perdu. En rentrant chez moi, je lâchai quelques larmes de cette défaite. « J'ai perdu... »

La fin de l'année approchait. Je devais rapidement trouver ce que je pourrais faire à l'avenir, afin d'aider mes grands parents qui se surmenaient afin de m'offrir une vie normale. Cependant, je n'avais qu'un niveau potable même si je m'efforçais à étudier plus. Je ne pouvais pas choisir le lycée que je souhaitais. Je n'allais probablement pas avoir un travail de rêve. J'avais pensé à faire carrière dans le baseball, comme mon père. Mais j'avais perdu...J'avais perdu dans un tournoi de collège. Comment pouvais-je bien aller plus loin ? C'était fini, je n'avais plus qu'à enchaîner petit boulot sur petit boulot en plus de mes études afin d'aider les seuls proches qui m'avaient accepté, quoique j'ai pu faire.

Toutefois, une lueur d'espoir se dévoila devant moi. Une personne vint à moi pour m'annoncer que  j'avais une place parmi la prestigieuse école de Seika. Ma performance au basket en était la cause, j'avais droit à une bourse d'étude grâce à mon don au basket et non au baseball. Cela dit, qu'importe comment je réfléchissais, je ne pouvais pas laisser cette opportunité. J'acceptai alors leur offre et m'inscrivit à ce lycée. Malgré tout, je n'avais pas encore abandonné. Je n'avais pas perdu espoir. J'allais leur montrer que mon niveau au baseball était plus que remarquable. Pour cela, je m'entraînais chaque jour, chaque nuit jusqu'à mon entrée à Seika. J'avais repris confiance en moi. Je m'étais amélioré. Je suis un nouvel élève du lycée Seika. Je suis un nouveau du club de basket, et surtout, du club de baseball.

Le joueur
Prénom / Pseudo : Shaporo
Age : 16 ans
Ancien ou nouveau ? New
Comment avez-vous connu le forum ? Top site
As tu bien lu le règlement ? Validé par Yu :3


Dernière édition par Shaporo Fenihara le 26.07.14 20:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Homerun !! Ah non, un rêve. || Shaporo [Finish]   26.07.14 19:59
Double post pour annoncer que ma fiche est terminée !
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Homerun !! Ah non, un rêve. || Shaporo [Finish]   10.08.14 16:44
Hellow et bienvenue !!!

Tout d'abord, désolée de l'attente mais tout le staff est assez occupé ces derniers temps.

Pour ta fiche, elle est bien écrite, j'aime la première personne, ton style est fluide. Il y a quelques fautes, pas beaucoup, essaye de faire attention Wink.

Pour ton mental je te voyais plus dans les fury, en fait, tu te décris en fury dans ton mental mais en super heroe dans ton histoire. Pourrais-tu, du coup, soit ajouter deux trois détails dans ton histoire sur le pourquoi tu te bats, appuyer plus le fait que tu aimes le sport dans ton mental.

Pour ton physique, j'ai un soucis : les cheveux blancs et les yeux rouges ne sont pas des couleurs naturelles. Soit tu doit ajouter le fait que ce sont une coloration et des lentilles, soit que ton perso est malade (albinisme).

C'est tout pour moi, j'attends de tes nouvelles :3

EDIT : Des nouvelles de ta fiche ? Il ne te reste plus que jusqu'à mardi pour la modifier ou alors pour poster une absence !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Homerun !! Ah non, un rêve. || Shaporo [Finish]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Homerun !! Ah non, un rêve. || Shaporo [Finish]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heartbreaker version girl [Finish]
» [Finish] Because I love you ... Athens [Caly' & Alecto]
» you here to finish me off, sweetheart ?
» ...and you finish off as an orgasm. ▽ (camel)
» Melodie. (FINISH 1oo%)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: