Partagez | 

 Junko Ota [Terminée]

avatarInvitéInvité
MessageSujet: Junko Ota [Terminée]   24.07.14 5:53
JUNKO OTA

Nom : Ota
Prénom : Junko
Age : 16 ans

Nationalité : Japonaise
Orientation sexuelle : Hétéro

Groupe : Why so serious

Classe : 1 ère année
Club : Arts plastiques
Situation financière :  riche comme Crésus.  
Baito / Fonction : Chomeûse professionnelle en CDI.
Logement : Interne à Seika.

Personnage de l'avatar ? Ai Enma - La fille des enfers.

Keep a secret ? Je suis suivie par un psychiatre qui veut me refiler plein de petites pilules magiques qui rendent joyeux. Je dois supporter ce blaireau deux fois par semaine depuis que j'ai raté mon suicide. Si j'avais su que j'allais devoir me taper une thérapie avec un type pareil, j'aurai fait en sorte de ne pas me louper.

En apparence je suis ...
Cadavérique. Je pense que c'est le mot qui me convient le mieux. Vous vous dites surement que j'exagère mais j'vous assure que j'irai à ravir dans une morgue. Je m'imagine bien dans un cercueil vernis en sapin un peu comme une poupée de porcelaine dans sa boite d'emballage. Bref, je m'égare. Poursuivons.

J'ai un teint blafard qui laisse penser que je me suis fâchée avec le soleil depuis plus d'une éternité.. Pour ce qui est de ma carrure on peut dire que je suis plutôt maigrichonne et frêle. Je ne mesure sans doute pas plus d'un mètre soixante et j'dois bien faire une cinquantaine de kilos à tout casser. En conclusion, je n'ai absolument rien d'une sportive.

Ouais je sais, c'est à se demander ce que j'ai pour moi. À vrai dire, on m'a souvent dit que j'avais de beaux cheveux... Sauf que moi je m'en branle d'avoir des "beaux cheveux". Au fond, les cheveux c'est juste des poils de tête. Enfin.. Je m'égare encore. Concrètement, mes cheveux me descendent en bas des fesses (car oui en plus d'être fâchée avec le soleil, je suis fâchée avec les coiffeurs..), ils sont fins, complètement raides et noir corbeau. Donc rien de bien folichon. J'ai également une espèce de frange que je coupe moi-même aux ciseaux.
Certain d'entre vous me donnerons sans doutes moins de seize ans, j'en suis persuadée. C'est à cause de mon visage de gosse. En effet, j'ai un portrait plutôt enfantin à cause de mes traits fin et de mes grands yeux foncés.

On arrive maintenant à la partie vestimentaire. Alors je vous arrête tout de suite, je n'ai rien avoir avec les gosses de riche qui veulent seulement s'habiller avec des fringues qui coûtent le prix d'un rein. Pour ma part je porte le plus souvent des vêtements simples. Un gros pull bien large et un jeans noir est une parfaite panoplie à mes yeux, même si mes parents ne sont pas vraiment de cet avis là.

Je cherche la simplicité, j'ai pas envie qu'on me voit ou qu'on me remarque parce que je porte un gilet rose bonbon ou des paillettes de partout. Très peu pour moi ce genre excentricités.

Et à l'intérieur ...
C'est pas beau. C'est cassé. C'est le bordel.

J'ai un copain imaginaire . Il est pas grand, pas beau, pas fort et pas courageux. Mon copain imaginaire, je lui parle pas souvent, parce qu'il est sourd mais il crie beaucoup, comme ça, sans prévenir. Mon copain imaginaire il ne me laisse jamais seul, il est toujours là mais il aime bien jouer à cache-cache avec moi. Il me laisse croire qu'il a disparu pour revenir encore et encore. Mon copain imaginaire, personne le voit et personne ne l'entend en dehors de moi. Mon copain imaginaire, il aime bien que je dessine sur mes bras avec des lames de rasoirs. Ça le calme, il arrête de crier pendant un instant.

Mon copain imaginaire, y en a plein qui lui donnent des noms bizarres, comme Dépression, Cafard, Déprime, Trouble, Culpabilité, Anxiété et plein d'autres noms moches.

Mon copain imaginaire ça fait longtemps qu'il est là. Si bien que je ne me rappelle plus vraiment comment c'était avant lui.

Même si c'est mon copain le plus fidèle, il m'a fait faire de vilaines chose. Il à fait de moi quelqu'un de renfermée et de fade, quelqu'un de triste, quelqu'un de désespéré, quelqu'un de solitaire. Quelqu'un de suicidaire. Et quoi que je fasse, mon copain imaginaire il fera toujours parti de moi car sur ma peau il a laissé de nombreux dessins.


Once upon a time ...

Papa + Maman = Bébé joufflu.
Bébé joufflu = Famille = Bonheur

Cette équation me semblait universelle quand j'étais enfant mais j'ai vite réalisé que j'étais mauvaise en maths par la suite..

Commençons donc par le commencement:


Tsume Ota c'est mon père. Il est né dans un petit bled paumé dans les campagnes Japonaises. C'est un homme ambitieux qui a quitté les siens pour faire ses études dans une grande ville. La famille de mon père n'était pas très fortunée, je pense que c'est ça qui a motivé mon père à vouloir faire de longues études pour avoir un métier bien rémunéré.


Raen Kawashi c'est ma mère. Contrairement à mon père, ma mère est née dans les beaux quartiers et au sein d'une famille qui était au coeur de la bourgeoisie Japonaise. Donc autant dire que son avenir était tout tracé.


Papa et Maman se sont rencontrés via leur travail. Mon père bossait (et boss encore) dans l'une des plus grandes agences de pub d'Asie quant à ma mère était responsable marketing de je ne sais plus quel produit ou marque... Bref, la suite vous la connaissait. Le parcours normal. On s'installe ensemble, on fait un enfant, on déménage dans une plus grande maison, on paye ses impôts, etc, etc...


Donc voilà, c'était le début de mon existence sur terre et je ne manquais plus ou moins de rien. Avec toute la thune de papa et maman, j'étais gâtée comme une princesse. Mais à partir d'un certain âge, les jouets de princesse ça ne suffit plus à vous satisfaire.
Jusqu'à présent j'avais eus de belles années, écoles privées, nounou de luxe, cours de dessin et de piano.. Tout pour être épanouie ! Pourtant.. Vers mon dixième anniversaire, ce ne fut plus vraiment "l'épanouissement". Mes parents travaillaient beaucoup et j'avais souvent l'impression d'être seule.. Ils étaient en voyage d'affaires ou il rentraient un peu tard donc on ne passaient pas beaucoup de temps les uns avec les autres. Comme tout enfant j'avais besoin d'un minimum de reconnaissance de mes parents donc je faisais de mon possible pour attirer leur attention, même si pour cela je devais faire des conneries plus grosse que moi.. Owi ce fut une sacrée période ! Vitre du salon cassée, pneus crevés, peinture sur les murs et sans oublier les bagarres à l'école. J'ai eu une bonne paire de claques par ci, par là, mais ce n'était pas l'attention que je voulais. Et au lieu d'amener un dialogue et un rapprochement avec mes parents se fut l'inverse qui arriva car je fut envoyé dans un pensionnat pour jeunes filles à Londres jusqu'à mes quatorze ans.

Mes quatre années dans ce pensionnat furent un enfer.. Vivre 24h/24 avec des nanas ce n'était pas fait pour moi. Les disputes étaient fréquentes et les "clans" entre les filles ressemblaient à des imitations de gangs médiocres.. Bref, je m'étais fait quelques amies mais je n'avais pas le courage de rester là bas plus longtemps alors après avoir harcelé mes parents pendant plus d'une semaine, je suis rentrée au Japon.

Je pensais que nos liens aller se renforcer à mon retour et que nous allions être à nouveau une vraie famille. Sauf que j'avais une fois de plus faux sur toute la ligne.. Pas plus de complicitée ou de dialogue entre nous.. À force, j'ai fini par me conformer à l'idée que nous n'étions pas destinés à être une "vraie" famille.

Nous avons donc continué notre petite vie de famille éparpillée et découpée par les horaires de tous pendant quelques années jusqu'à ce qu'un évènement vienne bousculer notre routine. Cet évènement, ce fut ma première tentative de suicide.

Vous vous demandez sans doutes pourquoi j'ai voulu mettre fin à mes jours.. Laissez-moi vous expliquer. Lorsque je suis revenue étudier au Japon, j'ai changé d'école. Qui dit changement d'école dit également changement d'amis.. Sauf que lorsque tu es peu sociable et que tu es la nouvelle dans une classe, tu finis vite par être le souffre-douleur de tes camarades. Je pensais que cette période de bouc émissaire aller vie passer, tu parles..

Pendant de nombreux mois j'ai souffert des moqueries des connards de mon bahut et au lieu d'en parler j'ai pris sur moi jusqu'à n'en plus pouvoir. Puis un jour j'ai craqué. Je ne sais même plus vraiment comment cette idée m'a traversé l'esprit. J'ai quitté l'école plus tôt, c'était un jeudi. Je suis rentrée chez moi, j'ai ouvert le mini bar de mon père, j'ai pris la liqueur de pêche. Je suis allée dans la salle de bain, j'ai ouvert tous les tiroirs pour trouver des médicaments. Je n'ai pas réfléchi une seconde. Je me suis gavé de toutes les pilules que je trouvais puis j'ai bu le plus possible de liqueur.

Je me suis réveillée dans un lit d'hôpital avec ma mère et mon père près de moi. La femme de ménage m'avait retrouvé dans la baignoire couverte de gerbe. Miam. Je n'avais jamais vu ma mère pleurer jusqu'à ce jour.. Ce fut très étrange.

Après ça, la vie fut différente un court instant avant de revenir exactement la même.. A un détail près j'étais suivie médicalement et psychologiquement par un psychiatre inutile. Au lieu de parler de tout ce qui n'aller pas avec mes parents, j'avais rendez-vous avec un parfait inconnu pour me "confier". Je n'ai jamais décroché autre chose que bonjour et au revoir en un an de thérapie. Mes parents n'étaient pas foutus de m'écouter, il payer un mec 5 834 Yuen l'heure pour le faire à leurs places.

Ce fut l'arrivée de mon ami la dépression. Et ce fut aussi mon entrée en tant que pensionnaire dans l'école de fils à papa : "Seika". Je n'attendais rien de cet endroit, j'avais juste accepté d'y aller pour voir le moins possible mes parents.


Le joueur
Prénom / Pseudo : Vinny
Age : 18 ans et presque toutes mes dents \o/
Ancien ou nouveau ? Nouveau
Comment avez-vous connu le forum ? En cherchant plus deux deux heures "Forum rpg" sur Google.
As tu bien lu le règlement ? Validé par Yu :3
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: Junko Ota [Terminée]   10.08.14 16:42
Hellow !!!

Et bienvenue bien sûr (une fois de plus)

Ta fiche est complète, j'aime ta façon d'écrire mais ... il y a des fautes, pas beaucoup mais je voudrais que tu te relise pour en retirer le maximum.

J'attends juste des nouvelles de toi une fois que ça sera fait et nous pourrons enfin te valider !

EDIT : Des nouvelles de ta fiche ? il ne te reste que jusqu'à mardi pour la terminé sauf si tu poste une absence...
Revenir en haut Aller en bas
 
Junko Ota [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: