Partagez | 

 Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]

avatarAkito NagahiraHey Bitch, I'm here ♥
• Messages : 129
• Yens (¥) : 123
• Date d'inscription : 24/04/2017

Carte ID
Age: 15
Classe / Job: 1e année
Logement: Chambre 14
MessageSujet: Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]   22.09.17 3:51
Vendredi 25 mai 2018 – 17h30

Enfin ! Maintenant que le club est terminé, je suis officiellement en week-end ! Quelle semaine fatigante. J’espère qu’elles ne seront pas toutes comme ça. Mais peu importe maintenant.

Qu’est-ce que je vais faire ce week-end ? Il faut que je travaille un peu, évidemment. Mais à part ça, hum. J’ai envie d’aller au parc avec SooYun. Et de jouer à Dance Dance Revolution évidemment. Mais je crois qu’elle n’est pas disponible ce soir. Enfin, ce n’est pas grave, j’irai seul ce soir et je rencontrerai peut-être quelqu’un là-bas ; et j’y retournerai demain avec SooYun.

Je suis arrivé dans ma chambre sans m’en rendre compte. Je salue mon colocataire et enlève mon uniforme que je pends une fois en boxer. Je me dirige ensuite vers notre armoire et me pose la grande question : qu’est-ce que je mets ce soir ? Je reste planté de longues minutes devant l’armoire, ne sachant que choisir. Ça doit bien faire rire Tanaka, même s’il en a sûrement l’habitude maintenant. Je fini par prendre un t-shirt blanc avec un éclair, un short gris foncé et un gilet rouge, blanc et noir. Je les enfile et me regarde dans un miroir. Classe ! Mais des lentilles rouges serait mieux, non ? Oui, effectivement.

À peine après les avoir mises, je sens une légère pression sur mon bras. Je me retourne et vois Tanaka qui me tire par la manche.

« Oui ? »

Dis-je avec un sourire. Comme seule réponse, sans vraiment de surprise, j’ai droit au bras de Tanaka qui me montre la porte de notre chambre. Je la regarde, elle n’a rien de particulier, il me semble. Je reporte mon attention sur Tanaka. Il hoche la tête et commence à mettre ses chaussures. Je suppose qu’il veut que je le suive. Je prends mon porte-monnaie, enfile rapidement mes baskets et indique que je suis prêt à partir. Mais où va-t-il m’emmener ?

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Je m'exprime en #009999 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seikang.forumactif.org/t1748-akito-nagahira
avatarIchiro TanakaLapinou qui saute partout
• Messages : 68
• Yens (¥) : 22
• Date d'inscription : 10/09/2015

Carte ID
Age: 17
Classe / Job: 3ème année
Logement: Chambre 14
MessageSujet: Re: Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]   24.09.17 21:28
Je survis. Je ne pensais pas tenir aussi longtemps dans cette putain de prison dorée. Toujours mieux que la vraie, certes. J’ai un nouveau passetemps pour tromper l’ennui : je me suis mis à lire. Mon coloc à plein de truc, et apparemment il s’en fou si je lui en emprunte de temps en temps. Je me suis d’abord mis aux mangas, et là j’ai même entamé un livre. Asako se fou de moi. Elle pense que son petit stratagème marche à la perfection et que je deviens un gentil petit gars.

En cours c’est plutôt la galère pourtant. J’ai trop de retard, je n’arrive pas à suivre. D’ici là qu’elle me force à faire des cours particuliers en plus, je vais crever. Pourtant dans mes souvenirs je n’étais pas un gosse con quand j’allais à l’école. Faut peut-être jamais arrêter… En sciences ça va encore, mais la littérature c’est plus dur. ‘chier.

Tss, si elle savait que mon passetemps en ce moment c’était de voir jusqu’où je pourrais pervertir mon adorable petit colocataire… Elle m’en voudrait surement. Mais c’est plutôt amusant. Il est surprenant. C’est le premier riche que je côtoie je crois. Il est un peu dans son monde mais sympas. Je pose le livre, parce qu’au final je ne le lis pas. Akito entre dans la chambre et je le salue d’un signe de la tête. Il semble encore hésiter pour des fringues et ça me fait délirer. Il est tellement soigneux. L’avantage, c’est qu’il se propose souvent pour la lessive et que mon linge sent bon, même si je prends toujours le premier t-shirt qui passe pour me fringuer.

D’ailleurs je me change aussi. J’ai une idée pour ce soir. Satô fait une soirée, et je me demande comment va réagir mon petit poulain dans la vraie vie. Je mets un t-shirt noir propre et garde mon jeans serrant. J’enfile deux bracelets noirs en cuir tout simple. J’ai envie de me faire un piercing en plus de mes tatouages… Et si je le faisais sur la langue ? Ou l’arcade ? Mais l’arcade si je me bats, ça risque de pisser le sang plus facilement non ?

Akito semble être fin prêt alors je le sollicite en lui tirant la manche.

- Oui ?

Franchement il est trop calme comme gars. Moi on me fait ça, je cogne. Je lui montre la porte de la chambre, sans effort particulier pour paraitre aimable, mais il a l’habitude. Mon estime pour lui à beaucoup monté depuis que je me suis rendu compte qu’il ne m’a pas balancé pour mes cauchemars. Si je veux le pervertir, c’est surtout pour l’endurcir et lui rendre service. Bon, ok, c’est fun, mais je suis aussi altruiste parfois. Altruiste, un mot que j’ai appris grâce à son bouquin.

Je vérifie que j’ai mon portable, mes clopes et mon portefeuille. Je me mets même un peu de parfum. Y aura la grognasse de Satô, donc surement ses copines écervelées. J’enfile mes vieilles addidas défoncés et lui fait signe de la tête. On y va. Satô habite dans un quartier un peu pourrave et on doit prendre un bus. Comme d’hab, je ne fais pas vraiment la causette. Dès qu’on est sorti de Seika, j’allume une clope. Je laisse Akito tranquille pour l’instant. Sa pote là, SooYun m’a dans le collimateur je crois. Elle n’arrête pas de me fusiller du regard, trop drôle la gamine. Elle pense me faire peur ? Mais je n’ai pas envie qu’elle me casse les oreilles pendant 4 heure si elle se rend compte que je propose le cancer à son petit chéri.

J’écrase ma clope au moment où le bus arrive et on monte dedans. Je mets une chanson de métal sur mon téléphone et propose un écouteur à Akito. Ça lui changera de ce qu’il écoute pour son jeu de danse. Le trajet se passe plutôt rapidement. J’ai compris qu’il n’aime pas trop les longs silences, j’espère que ça lui va de partager de la musique comme ça.


On s’enfonce de plus en plus dans les quartiers moins luxuriants. C’est ici que j’ai grandis. L’orphelinat n’est pas loin. Je pose ma tête contre la vitre et ferme les yeux. Je me sens toujours bizarre quand je viens ici. Comme si … Comme si je ne voulais pas passer à autre chose. N’importe qui aurait dû saisir Seika comme une chance, mais moi, je préférerai vivre ici, avec mes semblables.

Je fais signe à Akito de descendre et on commence à marcher. On me salue de la tête, voir de la main. Un mec s’arrête et me dit qu’il me croyait mort. Je lui fais un fuck. On ne m’enterra pas aussi facilement. Je fais signe à mon coloc de rester près de moi. Il sent le fric à des kilomètres et il pourrait se faire dépecer ici. C’est pas le but, je pourrais tomber sur pire s’il quittait Seika ou crevait. On arrive devant un immeuble qui ne paye pas de mine et je ne sonne pas. La serrure ne tient plus, alors j’ouvre en poussant la porte du pied.

On prend les escaliers, l’ascenseur ne fonctionne plus depuis longtemps. Une porte s’ouvre. C’est la vieille de l’immeuble. Elle est plutôt sympas, pour une vieille. Elle m’a déjà récupéré et laissait squatter chez elle. Je lui adresse un sourire sincère et elle m’engueule comme quoi je devrais venir la voir plutôt que d’aller chez l’autre voyou. Elle regarde Akito et lui sourit. Bah tiens, la vieille aime les petits jeunes tout beau et tout propre. Elle nous laisse ensuite, en nous prévenant que si on fait trop de bruit elle viendra nous foutre une raclée.

Je soupire et on continue de monter jusqu’à l’appartement de Satô et sa sœur. J’entre, comme chez moi.

- Silent ! C’est qui ? Tu as ramené ton …

Il allait dire animal de compagnie. Je le connais trop bien. Je lui fais une accolade et le fait taire et lui ébouriffant les cheveux. Je lui envoie un sms « coloc, sois sympas ». Il regarde son portable et lève les yeux au ciel. Il me fait toujours la gueule je crois. Je parle avec Asako mais toujours pas avec lui…

- Je m’appelle Satô, fait comme chez toi ici.

J’avance et fait signe à Aki de me suivre. L’appartement est super propre à l’intérieur, comparé à l’immeuble. La sœur de Satô aime pas la crasse. Je crois qu’elle a un traumatisme. Elle repeint souvent les murs, dès qu’il y a trop de traces. Le ménage est toujours niquel et les meubles clean, même si c’est de l’occasion. L’appartement comporte deux chambres. J’connais bien les deux. Je dors souvent dans celle de Satô, et j’ai fait l’erreur de coucher avec sa sœur une fois. Le salon est plutôt spacieux, mais la cuisine équipée est minuscule. Elle est dans un renfoncement, séparé du reste par un petit plan de travail avec tabouret. Y a pas de tables et de chaises : juste une table basse, un canapé, une grande tv, une console et un putain de balcon. Pratique le balcon.

La musique est plutôt entrainante. Apparemment on est les premiers. Satô revient vers nous.

- Alors, tu sors enfin de ta cage Silent ? Il est sage au moins ?, demande-t-il ensuite à Akito, il ne t'embête pas trop ? Faut pas hésiter à le taper sinon.

Je lui présente mon majeur et donne un verre de vodka orange à mon petit protégé.


✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

The Silent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarAkito NagahiraHey Bitch, I'm here ♥
• Messages : 129
• Yens (¥) : 123
• Date d'inscription : 24/04/2017

Carte ID
Age: 15
Classe / Job: 1e année
Logement: Chambre 14
MessageSujet: Re: Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]   03.11.17 13:41
Je n’ai aucune idée d’où nous allons. Je me contente de suivre Tanaka. Nous sortons de l’enceinte du lycée et mon colocataire allume une cigarette. Nil en fume plusieurs avant que nous nous arrêtions à l’arrêt de bus. Il ne tarde pas à arriver. Je suis Tanaka à l’intérieur, passe ma carte de transport et vais m’assoir à ses côtés.

Mon colocataire me tend un de ses écouteurs après les avoir reliés à son téléphone et en avoir enfoncé un dans son oreille. Je remercie Tanaka et écoute ce qu’il me propose. Il s’agit d’une chanson que je ne connais pas dans une langue que je n’arrive pas à identifier. J’écoute très rarement du métal, ma préférence allant vers la pop, mais cela est assez agréable.

Nous arrivons à Arakawa. Je suis déjà passé par ici, mais je ne me suis jamais arrêté. Je pensais que ce serait le cas une fois de plus, mais Tanaka me fait signe de descendre du bus. Je suis de nouveau Tanaka. Beaucoup de gens semblent le connaître, ici. Certains le saluent, d’autre lui parle. Certains font assez peur : piercing, tatouages, etc. Le parfait kit du petit criminel.

Mon colocataire finit par me montre un immeuble devant lequel nous nous arrêtons. Il s’agit d’un immeuble orange de six étages qui semble n’avoir jamais été nettoyé malgré ses soixante années d’existence. Il ne possède même pas de sécurité : Tanaka se contente de pousser la porte pour entrer. J’entre à mon tour et nous commençons de monter les escaliers. Au quatrième étage, une vieille dame ouvre sa porte. Tanaka lui sourit ? Je crois que c’est la première fois que je le vois sourire sans que j’aie l’impression qu’il veut tuer la personne en face de lui. Cela m’étonne un peu. La vieille dame sermonne mon colocataire puis se tourne vers moi et me sourit. Je la salue. Elle nous dit de ne pas faire trop de bruit, puis referme sa porte.

Tanaka soupir et nous montons encore un étage. Il rentre dans un appartement sans frapper ni s’annoncer. J’hésite une seconde puis j’entre à mon tour. Contrairement à l’extérieur de l’immeuble et à l’escalier, l’appartement est très propre. J’enlève mes chaussures et regarde autour de moi. Une table basse, un canapé, une télé. Simple et efficace. En face de moi, une baie vitrée semble donner sur un balcon. Des enceintes posées sur la table basse diffusent de l’eurobeat. Parfait ! Une seule personne est dans la pièce. Il s’agit d’un

« Silent ! C’est qui ? Tu as ramené ton… »

Tanaka n’attend pas qu’il finisse sa phrase et l’enlace en lui frottant les cheveux. « Silent » ? C’est son surnom ? Son amie s’adresse alors à moi, après avoir regardé son téléphone.


« Je m’appelle Satô, fait comme chez toi ici.
- Akito Nagahira. Enchanté de faire ta connaissance. »


Je le salue et suit mon colocataire. Satô, derrière moi, s’adresse à son ami.

« Alors, tu sors enfin de ta cage Silent ? »

Une cage ? Ça doit être métaphorique. Ou il considère l’école comme une prison ? Ça ne m’étonnerait pas vraiment. Satô s’adresse ensuite à moi.

« Il est sage au moins ? Il ne t'embête pas trop ? Faut pas hésiter à le taper sinon. »

On dirait qu’il parle d’un animal de compagnie ou d’un enfant particulièrement récalcitrant. Je souris. C’est un peu ça, dans un sens. Ma tête se penche légèrement à sa dernière phrase. A-t-il vraiment dit « taper » ? Je ne lui réponds pas. Mon colocataire, par contre, ne se prive pas de faire à doigt d’honneur à son ami, puis me tend un verre. Du jus d’orange ? Ça tombe bien, j’ai soif. En général, je bois de l’eau, mais je ne vais pas refuser ce qu’on m’a offert.

« Merci ! »

Tanaka tend également un verre à Satô, et en garde un pour lui. Je commence à boire et je crache tout. Ma langue brule ! Quelle est cette sorcellerie ? Tanaka et Satô rient tous les deux.

« Désolé. Je vais nettoyer ça.»

Je me hâte vers ce qui ressemble à une très petite cuisine et prends une éponge. Je nettoie le sol, nettoie l’éponge et retourne vers les deux garçons.

Je reprends mon verre en main et décide de le sentir avant d’y boire de nouveau. Le goût étrange est de nouveau là ; il me brule le nez comme ma gorge tout à l’heure. Le jus d’orange est périmé ? Tanaka et Satô semblent le boire sans problème, pourtant. Et ils continuent de se marrer en me regardant. C’est un peu exaspérant.

« Excusez-moi mais, qu’est-ce que c’est ? »

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Je m'exprime en #009999 !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seikang.forumactif.org/t1748-akito-nagahira
avatarIchiro TanakaLapinou qui saute partout
• Messages : 68
• Yens (¥) : 22
• Date d'inscription : 10/09/2015

Carte ID
Age: 17
Classe / Job: 3ème année
Logement: Chambre 14
MessageSujet: Re: Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]   03.11.17 23:37
« Merci ! »

J’pense pas qu’il se doute de ce que contient le verre, et je me marre d’avance. Enfin, je ne montre rien, pour ne pas éveiller les soupçons. Déjà la bière n’était pas passée, alors ça… Mais au bout de deux, trois verres, il ne sentira plus l’alcool lui bruler la gorge. Enfin, c’est comme ça qu’on s’y est habitué avec Satô, à force d’en boire. Et d’en boire. Et d’en boire encore. Je me souviens même plus d’avoir trouvé ça mauvais, pourtant ça a dû être le cas, comme pour tous les gosses.

Je serre mon pote aussi, par habitude. On pourrait fonctionner comme un vieux couple lui et moi, si on était pas aussi con. Mon regard se pose sur Akito, et le spectacle en vaut la chandelle. Le pauvre, je pensais pas qu’il cracherait tout comme un lama… C’est clair qu’il a le palais délicat. Je ne peux pas m’empêcher de rire et Satô me rejoint. Il va se faire chambrer, obligé mais bon … C’est comme ça qu’on crée des souvenirs de soirées.

« Désolé. Je vais nettoyer ça.

- Pas besoin »
, commence Satô.

Il doit surement penser à sa sœur qui pourrait faire une crise d’hystérie si elle rentrait là, tout de suite, car il n’insiste pas et laisse mon coloc nettoyer son bordel. Au moins, il a déjà le bon réflexe. Tu nettoies ce qui sort de ta bouche, histoire de laisser l’endroit aussi propre qu’en venant. Vu la tête qu’il tire après sa deuxième gorgée, il n’a pas l’air d’avoir compris ce qu’il ingurgite et on se marre encore. Il est parfait, ce gosse.

« Excusez-moi mais, qu’est-ce que c’est ? »

J’arrête de me moquer. Je prends la bouteille presque pleine et lui donne dans sa main vide. Je bois deux nouvelles gorgées. Faut se mettre bien.

« C’est de la vodka, avec du jus d’orange. C’est un alcool russe », précise Satô. « T’aime bien ? »

J’adresse un clin d’œil à Akito. Je pense avoir cerné quelque chose chez lui, je pense qu’il n’ose pas trop refuser, ou du moins qu’il ne veut pas paraitre impoli. Enfin, on verra bien jusqu’où il accepte d’aller. Je lui fais signe de me suivre et on va tous les trois sur le balcon. J’allume une clope. Satô a sûrement mieux à fumer, mais je préfère garder ça pour plus tard. J’me sens un peu responsable de mon coloc quand même, vu que je l’emmène dans sa première soirée à Arakawa.

- T’inquiète, tu vas t’habituer au goût , lui affirme mon meilleur ami.

Je tire une latte, puis beau une gorgée. J’ai l’impression de revivre alors que je tue mon corps à petit feu. J’adresse un sourire de coin à Akito. Je me demande s’il regrette d’être là. Ça sonne, et Satô nous abandonne pour aller ouvrir. Je lui adresse un petit signe de tête, une expression interrogative sur la face, pour voir comment il va. Malheureusement, on ne se comprend pas à tous les coups.

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

The Silent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Une autre façon de danser [Ichiro Tanaka]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Tout peut basculer, d'une minute à l'autre. [Luffy!]
» [FINI]Oups... Ou comment penser à autre chose ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Tokyo :: Autres quartiers-
Sauter vers: