Partagez | 

 KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.

avatarKenji TakedaQui est ce ?
• Messages : 7
• Yens (¥) : 10
• Date d'inscription : 20/06/2017

Carte ID
Age: 25 ans
Classe / Job: Prof de philosophie / Prof titulaire des prépa L
Logement: Près de Seika
MessageSujet: KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.   20.06.17 3:00
Kenji Takeda
 
 Nom : Takeda
 Prénom : Kenji
 Age : 25 ans

 Nationalité : Japonaise
 Orientation sexuelle : Hétérosexuelle libertin


 Groupe : I'm working here ♥


 Situation financière : Bourgeoise
 Poste : Professeur de philosophie et Professeur titulaire des Prépa Littéraire (je trouve ça cohérent, je ne sais pas si je dois demander une confirmation au staff, je n'ai rien trouvé à ce sujet)
 Logement : Autour de Seika

Personnage de l'avatar ? Image trouvée sur le net, aucune idée de qui ça peut être. Je pense que c'est une création originale mais pas de moi.

Keep a secret ? Kenji a beaucoup étudié la pensée anarchiste si bien qu'il se considère désormais comme tel. Il anime notamment des forum de discutions anarchiste et participe à des affrontements physique avec les forces de l'ordre dans le cadre de ses activités politiques.

Si on te dit "TheWatcher" tu réponds? Il n'est surement qu'un creepy pasta ou un groupe désorganisé qui ne cherche qu'un chaos maléfique. Son existence perturbe un monde déjà trop instable.

En apparence je suis ...
Moyen. Kenji est moyen. Mais pas le moyen de la majorité, celui de l'élite technocrate nippon. Celui des riches, des ayants droits. Celui où la beauté nécessite de porter des vêtements hors de prix, de passer par la chirurgie esthétique, par l'endoctrinement au culte du corps dès le plus jeune âge. Un héritier se doit d'être une vitrine pour ses parents, un héritier se doit d'être le meilleur parti pour toutes les alliances matrimoniales que cette bulle sociétale peut contenir.
La médiane dans laquelle Kenji se contient implique donc un corps et des traits fins, une musculature peu développée mais présente et une coiffure impeccable. Ensuite, au fur et à mesure de sa maturité intellectuelle et de l'affirmation de ses convictions, ces codes ont commencées à ne plus avoir d'emprise sur lui. Le style vestimentaire bon chic/ bon genre est resté mais les cheveux se sont coloré d'un gris métallique et ses oreilles se sont vues être décoré de bijoux et autres piercing. Aucun tatouages cependant. Mais son joli visage se retrouve tout de même avec des dents jaunies par la nicotine et le teint qui va avec. Il lui arrive de chercher à cacher ce défaut mais que pour de grande occasion.
En résumé Kenji a tout d'un petit bourgeois nippon classique, la démarche droite, l'attitude neutre et noble, le classique jean-chemise en tout temps, seul ses cheveux et ses bijoux témoignent de sa volonté de s'éloigner de la haute société.

Et à l'intérieur ...
Autrefois introverti et lunatique, un déclic surement déclenché par la puberté, transforma un jeune garçon toujours dans les jupes de sa mère en un adolescent sociable et étonnement amical. Cette découverte de l'amitié et de la sociabilisation poussa l'adolescent à s'intéresser à beaucoup de sujet en dilettante, développant ainsi une curiosité candide et sans réelle ambition autre que d'emmagasiner le plus de connaissance possible. C'est surement le point de départ de son humanisme, de son ouverture d'esprit, de son crédo qui dit que si quelque chose existe c'est par ce qu'elle va dans le sens du Bien de l'humanité. Mais c'était avant qu'il décide du sujet de sa thèse, l'anarchie et la pensée libertaire. Dans le terreau de son humanisme, de sa volonté de répandre le Bien dans le cœur de ses compatriotes et de son rêve d'une société des Libertés pris racine la volonté du révolutionnaire. Une révolution profondément bonne, qui ne chercherait pas le pouvoir ou à générer de l’entropie, mais qui ne pourra pas se passer d'un mouvement massif et violent. La pyramide sociale dont il occupait le sommet se retrouvait être son Némésis, une abomination qu'il fallait abattre et utiliser les meilleures pierres pour bâtir une société libertaire. Il nourrit beaucoup de rancœur à l'encontre de cette société à deux vitesse qu'il, en tant que privilégié, n'a jamais réellement côtoyer. Mais outre cette indignation en sourdine au fond de lui, il se montre à l'écoute de son prochain. Il semble capable de prendre un pas de recul sur toutes les situations et essaye de donner les meilleurs conseils à ses amis et à ses élèves. L'enseignement s'est imposé à lui comme une évidence, il était de son devoir de philosophe anarchiste d'instruire au mieux ses compatriote afin qu'ils aient le maximum de connaissance. Il est l'incarnation de l'éclosion de la pensée libertaire dans les milieux aisés, violent et extrême mais profondément bon et qui ne dirigera jamais sa colère et son dégout envers l'Homme. Mais vers le système.

Once upon a time ...
Où commence l'histoire ? Quel est le point de départ ? La naissance ? Réellement ? Qui peut se souvenir de sa naissance ? Et si l'on prend comme point de départ un moment dont nous n'avons aucun souvenir, pourquoi ne pas choisir la fécondation comme point de départ ? D'après le point de vue déterministe, nous existons par ce que notre existence est nécessaire (dans le sens de "ne peut pas ne pas exister"). Mais le principe de départ est il pertinent en terme d'existence ? Il y a un point de commencement et un point de fin, et entre les deux nous vivons. Nous naissons, dans la tête de nos parents, dans leurs corps, dans leur foyer. Nous vivons avec notre corps, notre esprit, nos expériences, nos conséquences. Puis nous mourrons, avec notre corps, notre esprit, nos souvenirs, nos rêves et notre savoir. Mais nous ne cessons pas d'exister à notre mort. Peux-t-on considérer les souvenirs que nous laissons aux autres comme étant "moi" ? Comme un reliquat ? Qui sais... Mais Je ne laisserai pas ma mort effacer mon nom du monde.

Mon plus lointain souvenir doit remonter à mes 5 ans. Un jour de pluie. Maman semblait heureusement malgré la pluie qui m'empêchait d'aller jouer dehors. Ce n'était pas une bonne journée pour moi. J'étudiais sur la table de la véranda avec ma mère des mathématiques aussi simples qu’ennuyeuses. Elle souriait alors que je ne pouvais pas aller jouer dehors. Que l'on peut être égoïste quand on est enfant.
L'école n'était pas quelque chose d'ennuyant, mais c'était quelque chose de contraignant. Je voulais tout le temps courir après les oiseaux et jouer avec le chien. Mais mon père, les rares soirs où l'on dinait tous ensemble, moi, mon père, ma mère et mon grand frère, me disait que l'école était importante. Que je devais être excellent, voir le meilleur. Que les amis et les jeux sont bien pour le moral mais qu'ils ne feront pas de nous des adultes. Je ne jouais pas avec mon frère car il était mon aîné de douze ans. Nous portions le même nom, le même signe et le même groupe sanguin. Tant de superstitions qui auraient dues faire de nous des personnes proches, mais pas tant que ça. De toute façon il est parti très vite. Et quand il a quitté la maison pour suivre ses études mon père a décidé de prendre une promotion à Beijin. Me voilà seul avec ma mère dans notre grande maison. J'aimais bien cette période, je m'en souviens que de brides, de parfum, de sensations, mais je sais que je l'aime bien. Le départ de mon père coïncide avec mon entrée au collège.

La volonté de mon père planait sur mes notes et je me suis retrouvé à être un élève excellent. Autant pour lui faire plaisir que pour me faire plaisir. Mes amis sont devenues des personnes avec qui je passais beaucoup plus de temps qu'auparavant. Ma mère ayant décidé de travailler (maintenant je sais pour s'évader du carcan de mon père) et le chien étant mort la maison était trop vide pour mon esprit qui s'ouvrait à tant de nouvelles chose à apprendre.
J'ai fini le collège avec deux ans d'avance. Et mon père n'était pas là à ma remise de prix pour ce succès. Je ne l'avais pas vu en deux ans. Nous avions à peine échanger quelques lettres. J'en avais même oublié le son de sa voix. Mais il décida de mettre à contribution ces deux ans que j'avais gagné pour m'envoyer en pensionnat en Angleterre.

L'internat fut difficile au début, mais je vivais dans le foyer d'amis de ma mère qui était typiquement occidental. Ayant grandi dans les traditions et la culture japonaise pendant 13 ans je me retrouvais à vivre dans un pays et un bassin démographique complètement différent. Mais c'est réellement là bas que je suis devenu ce que je suis maintenant. C'est la qu'est ma véritable naissance. Elle est dans cet environnement complètement étranger que je ne pouvais décrypter avec ma vision nippone. Je ne pouvais pas comprendre le comportement des londoniens et des londoniennes avec leurs cheveux colorés, leurs piercings, leurs tatouages, leurs musiques. J'ai du faire évoluer ma mentalité et m'ouvrir au monde tel qu'il est. En cela Jane, la fille de mon foyer d'accueil qui avait quatre ans de plus que moi, m'a beaucoup aidé. Elle m'a fait découvrir la littérature anglaise et tous les auteurs qui ont façonné le monde occidental. J'ai passé mes A-level en Angleterre en Littérature et Philosophie. Je suis née là bas et c'est Jane qui m'a éduqué à le décrypter. Je pourrai même dire qu'elle est la mère de ma Pensée. Freund ricanerait s'il savait que nous nous sommes quitté après nous être échangés nos premières fois, comme dans un drame anglais des plus typiques. J'avais 15 ans, et je n'oublierai jamais Jane.

A mon retour au Japon j'ai découvert que mon père était de retour aussi depuis quelques mois. Et nos premières retrouvailles furent... Intenses. Je lui fit part de ma volonté de poursuivre des études de philosophie et, franchement, s'il avait pu ouvrir ses yeux plus fort ils auraient pu tomber de leurs orbites. Lui, glorieux cadre dans le marketing et expert en fusion/acquisition ne tolérait pas d'avoir un intellectuel destiné à être prof sous son toit. J'ai donc quitté le domicile familial quelques jours après être revenu de l'autre bout du monde.

J'ai pensé à retourner voir Jane mais sans être majeur légalement c'était impossible. Cela fit retomber mes ardeurs d'adolescent. Mais une bourse m'était attribué pour mes résultats exceptionnels et ma mère ainsi que mon grand frère m'aidèrent à m'inscrire dans une université prestigieuse tokyoïte. Mon père s'était aliéner les deux autres membres de ma famille pour conserver son égo et son "honneur". Il se prenait pour un samouraï moderne le vieux...

J'ai fait un cursus universitaire prestigieux, on ne va pas le nier. Mon lient fort avec l'occident m'a valu de m'attirer les foudres des enseignants les plus conservateurs et d'être encensé par les plus modernes. L'approfondissement de la philosophie m'a permis de mieux comprendre le fonctionnement de la société, des relations, des implications. Ça m'a permit de faire la rencontre de jolie étudiante, je me suis dit que se serait une bonne mise en pratique de mon chapitre sur l'hédonisme. C'est d'ailleurs pour cela que j'ai décidé de faire la part des choses entre les relations corporelles et les relations sentimentales. Même si je dois tout vous avouer, ça n'a pas eu un franc succès. Mais après cette mascarade étudiante je suis repartit en occident. France, Angleterre, Etat-Unis, j'ai fait le tour des différents cursus universitaire de philosophie dans le cadre de ma thèse sur les sociétés libertaires. J'ai redécouvert des auteurs et leurs contextes tel que Proudhon, Tolstoï, Camus, Kropotkine. Et j'ai fini par adhérer à leur vision du monde, à leurs société idéale. Lors de mon passage sur Berlin j'ai rejoint un groupe anarchiste qui avait comme loisir de caillasser les forces de l'ordre. C'était fun, je le referais sans hésiter.

Je suis revenu au Japon pour finir ma thèse et la présenter. Le jury ne m'a pas adresser un mot, mais le résultat fut la. Je venais de créer ma première œuvre propre.
Je n'ai pas de nouvelle de ma famille plus que ça, je n'en ai pas cherché à vrai dire. après 8 ans d'études j'ai décidé de quitter les banc de l'université pour un temps. Et j'en ai profité pour sortir plusieurs essai et animer des conférences là ou on m'invitait.
Mais l'enseignement me manquait. J'enseignais au premières années lors de mes années de doctorat et j'aimais ça. Je me sentais à la fois utile et parfaitement à ma place.

Après deux ans de calme plat, j'ai donc décidé de postuler comme enseignant dans la prestigieuse école Seika. Mon palmarès faisait de moi un candidat correspondant parfaitement à leurs critères d'élitisme. Même si leur position dans le système d'exploitation ne me seyait guère le contact des élèves semblait me revigorer. J'aime à penser que je peux être le grand frère que je n'ai jamais eu pour eux. Certains viennent discuter avec moi par pure curiosité, d'autre viennent me taxer des cigarettes, ou d'autre semble tomber sous mon charme. Du moins c'est ce qu'il m'a semblé lors de la rentré. Ce microcosme a tout d'un paradis pour un intellectuel comme moi. A l'abri de tout problème, payer pour penser et distribuer mon savoir que j'ai précieusement emmagasiner, au contact des jeunes qui me prennent régulièrement pour un des leurs. J'aime ce contact. J'aime penser. Cela me fait oublier à quel point le système est merdique, et ça me fait me rendre compte que je suis plus efficace derrière un bureau devant des élèves que sur des barricades et devant des lacrymogènes.

Le joueur
Prénom / Pseudo : Jacques
Age : 21 ans
Ancien ou nouveau ? Nouveau, mais qui a commencé le RP y a plus de 7 ans (bon avec des pauses certes mais bon, c'est difficile de trouver des forums intéressants pour moi ces derniers temps.)
Comment avez-vous connu le forum ? Sur google et les sites de référencements. Je ne suis pas fan des "internats RPG" mais le votre me paraît extrêmement cool :-D
as tu bien lu le règlement ? Fruit orange, à la chaire rose et au gout amère il est le cauchemar des cocktails (franchement, en tant que mixologue, si vous en mettez avec la vodka je vous hais du plus profond de mon âme Very Happy) [OK] by Sky

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSky Lee★One Woman Army
• Messages : 984
• Yens (¥) : 129
• Date d'inscription : 19/09/2013

Carte ID
Age: 23 ans
Classe / Job: Prépa L / stage dans un journal
Logement: Shibuya
MessageSujet: Re: KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.   21.06.17 11:10
Coucou Kenji! :Sky:
Une fiche impeccable et très agréable à lire d'ailleurs, encore bienvenue tu es officiellement validé!

Un sensei de philosophie, voila qui promet de belles heures de cours, j'ai hâte! Mais voici d'abord les clés de ton appartement près de Seika Mets toi à l'aise, c'est ton espace personnel, libre à toi de le décrire et meubler à ta guise.

Maintenant que tu es un des nôtres, jette un œil du côté des news, nous faisons actuellement un recensement avec l'inscription au premier évent... pleins de belles choses à venir et tu tombes à pic Wink

N'oublie pas d'indiquer le lien vers ta fiche dans ton profil, rubrique contact et de générer ta carte ID.

Si tu cherches un partenaire rp, tu peux répondre aux demande dans ce sujet ou poster toi-même une proposition ^^

En cours de route, tu peux créer ta fiche de lien et mettre à jour ton journal rp  c'est ICI. :3 N'hésite pas!

Je pense avoir gentiment fait le tour, mais en cas de question le staff est toujours à ta disposition, bon cours sensei et au plaisir de te croiser dans le coin. I love you

HAVE FUN!


✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗


"I used to hold my freak back..."
Now I'm letting go:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seikang.forumactif.org/t1713-sky-lee-is-back-o
avatarSaitô HibikiLégende
• Messages : 958
• Yens (¥) : 188
• Date d'inscription : 02/09/2013

Carte ID
Age: 26
Classe / Job: Prof de sport / Athlète pro / Vendeur
Logement: Garage Shibuya
MessageSujet: Re: KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.   21.06.17 11:31
Bienvenue cher collègue !

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

First a spark, then a flame, now a fire ! We explode !

Venez lire L'Ombre du Margrave et n'hésitez pas à commenter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKeiko KiyoshiStar ★
• Messages : 656
• Yens (¥) : 107
• Date d'inscription : 31/05/2014

Carte ID
Age: 24 ans
Classe / Job: Policière
Logement: Appartement à Shibuya
MessageSujet: Re: KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.   24.06.17 10:28
Bienvenuuuuue ! Very Happy
Un prof ! Un prof !

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Je parle en Royalblue ouh yeah.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.   
Revenir en haut Aller en bas
 
KENJI TAKEDA - Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Musique que vous aimez écouter ?
» vous allez devoir vous passer de moi quelques temps :p
» Aimez- vous les frites ? Vous en privez-vous ?
» Dites haut et fort que vous aimez votre guilde !
» Les Pokémon que vous aimez jouer en stratégie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Le registre :: Fiches Validées-
Sauter vers: