Partagez | 

 Esai Mayaku, Prof de chimie, De Retour !

avatarEsai MayakuHey Bitch, I'm here ♥
• Messages : 107
• Yens (¥) : 17
• Date d'inscription : 21/08/2014

Carte ID
Age: 24
Classe / Job: Professeur de Chimie/Tuteur
Logement: Un appartement aux abords de Seika.
MessageSujet: Esai Mayaku, Prof de chimie, De Retour !   25.04.17 12:36
ESAI MAYAKU
 
 Nom : Mayaku
 Prénom : Esai
 Age : 24 Printemps.

 Nationalité : Japonais
 Orientation sexuelle : Hétéro.


 Groupe : I'm working here ♥


 Situation financière : Aisée.
 Poste : Professeur de Chimie
 Logement : Un appartement calme, a l'abri des regards, pas très loin de Seika

Personnage de l'avatar ? Emiya Kiritsugu (Fate / Zero)

Keep a secret ? Il prépare et vend de la drogue a pas mal de monde. Ce qui fait qu'il a quelques contact dans la mafia, ce genre de chose, bien utile quand un taré lui fait un overdose dans les bras. Et il possède une arme a feu, qu'il a toujours sur lui quand il travail la nuit. Il a un permis, mais n'aime pas que les gens sachent pour ça.
Si on te dit "TheWatcher" tu réponds? Esai ne garde pas un souvenir impérissable de ce gars. Bien que ce qu'il avait écrit a l'époque n'a jamais été reproché a Esai, il n'avait pas trop apprécié que tout les lecteurs de ce type soit au courant de ses histoires de cœur.

En apparence je suis ...
Esai est un homme assez grand, mais pas lourd. En effet, pour son 1m86, il fait 70 kilogrammes. Il a des cheveux noirs, en bataille, qu'il laisse plus ou moins poussés, seuls. Il n'aime pas les cranes rasés, et il n'aime pas non plus les cheveux trop longs. Pour lui, il est bien comme il est. Ses mains sont assez surprenamment longues, mais sont déjà abîmées par ses activités. Ses petits yeux sont d'un marron très sombre, qu'on pourrait penser noir les jours ou le soleil ne se montre pas. Ses traits sont fins. Ça ne fait pas de lui une gravure de mode, mais, il faut reconnaître que c'est assez agréable a l’œil.

Il est toujours vêtu de noir, qu'il soit paisiblement chez lui ou en cours. C'est la couleur qu'il préfère, après tout. Il lui arrive de revêtir une chemise blanche, mais c'est assez rare malgré tout. Seul tache sur son corps, seul petit défaut, mais qu'il ne regrette pas, il a, sur l’épaule gauche, un tatouage de corbeau posé, les ailes pliés, regardant sur la gauche.

Et à l'intérieur ...
Vous vous souvenez, de ce temps lointain ou Esai ressemblait a un mort vivant, toujours sans expression, un sourire ? Impossible. Il avait changé, il avait retrouvé une vraie passion pour la vie. Mais tout cela est fini. Retour au "bon vieux Esai", celui qui erre, assez concentré, jamais vraiment dans la lune. Il se force un peu pour les cours, a être plus vivant, mais en dehors il n'a pas vraiment de raison de l'être. Il a mit du temps a redevenir comme ca, mais c’était absolument inévitable.

Esai n'a pas arrêté la sculpture en 5 ans. Il avait ralenti, mais il a reprit, comme la préparation de substances, a croire que chez lui les deux vont de paires. Il re-sculpte donc, de temps en temps, le bois, la pierre, l'argile. Cela fait longtemps qu'il n'a pas taillé un matériau noble comme le marbre.

Son travail de professeur devrait le pousser a se rapprocher des gens, élèves comme collègues, mais Esai, c'est un homme qui préfère cacher ses sentiments, quand il en a. Et ce n'est déjà plus forcement souvent. Il sourit, quelque fois, peut aussi pleurer, mais ce n'est pas toujours, c'est quand vous avez de la chance. Par contre, une chose est sure, c'est qu'il n'a jamais cessé d’écouter et d'apprendre. Ecouter les autres est une des choses qu'il sait faire le mieux. Et ce même si il ne répond pas en retour.

Quand il travail, la nuit, on peut découvrir un nouvel Esai, plus sombre surement que jamais. Froid, calculateur, taciturne, chaque geste mesuré au millimètre prêt. Mais il n'a pas vraiment le choix. Si il ne se comportait pas comme ça il ne serait surement pas aussi respecté qu'il l'est.

Once upon a time ...
<< Il est né dans une famille japonaise assez tranquille, son père est un PDG d'une entreprise assez coté, sans pour autant être très riche ou connu. Sa mère est une femme au foyer libre. Elle tenait les rênes dans la maison, dans tous les cas. Rien ne pouvait se faire sans son accord, ou presque. Alors qu'elle savait se montrer dur avec son mari, elle était une vraie crème avec son fils. Il est leur unique enfant, après tout. Il n'a jamais connu l'ennui. Dès qu'il voulait essayer un sport, ou quoi que ce soit, il pouvait le faire. De toute façon, qu'est-ce qu'il aurait pu faire d'autre ? C'est à 12 ans, quand il entend parler de la sculpture que sa première passion lui vient. C'est, dans tout ce qu'il a pratiqué, la seule chose qu'il fait encore aujourd'hui.

Le collège ne fut pas quelque chose de pénible. Au contraire, il était bien respecté là-bas. Il n'a pas vraiment vécu des choses exceptionnelles, mais il aura découvert la vie en dehors de chez lui, si on peut dire. C'est en fin de collège, d'ailleurs, qu'il touche à sa première clope, et que l'enfer qui l'attendait commence. De cette première clope, jusqu’à aujourd'hui, il n'a pas cessé  d'essayer divers produits ou drogues. Et puis, quant à ses 17 ans, on lui a proposé d'en vendre, il n'a pas refusé. Il apprit à en fabriquer, méticuleusement, garantissant une qualité de produit correct. Il avait évidemment les fonds, il n'avait qu'à demander de l'argent a ses parents. Maintenant, il a tout ce qu'il veut, mais avec son propre argent. >>

Ca c'est l'histoire que tout le monde connaissais.

Et puis il y a eu Seika. Mais pour tout dire, Seika ne commence pas a Seika. Plutôt au vacance d'été juste avant, ou bien que sortant peu, Esai avait rencontré quelqu'un. Une femme. Une fille. Valentina Luna. Son premier vrai amour. Et ça a duré. Esai était vivant, souriant, un vrai gosse. Il se sont même installé ensemble dans son appartement, au bout d'un temps. Elle consommait avec lui, divers produits, diverses douceurs.

Valentina et Esai était le jour et la nuit, le soleil et la lune, mais tout les deux vivaient en harmonie parfaite, et rien n'aurait pu les arrêter si...

C'est toujours dur pour Esai. Il a vécu un rêve pendant quelques mois, un bonheur infini, et tout s'est arrêté du jour au lendemain. "C'est fini, Esai. Je ne veux plus jamais te voir" lui avait elle dit en faisant son sac avant de sortir de l'appartement. Du jour au lendemain, le vide. Du jour au lendemain, la nuit sans aube. Du jour au lendemain, la solitude et le poids d'un abandon pesant encore sur le cœur de l'homme seul.

La terminale s'est terminé a Seika, les gens avec qui ils traînaient le regarder un peu de travers, un peu étrange. Et les rares fois ou il la revit dans le couloir, il eut envie de crier, de lui dire tout son amour, mais il ne le put. Une carapace se fit autour de son cœur. Comme un ouragan dit la chanson, c'est bien ce qu'elle avait été dans son cœur.

Il n'eut pas la force de sortir de son appart cet été la. Il n'en sorti que pour la rentré de septembre, en classe préparatoire scientifique. Encore une année entouré de ses fils a papa, de gens qui l'avaient connu, mais qui ne le reconnaissaient plus. Comment pouvait il être devenu si froid, distant, blasé, vide. Il eut quand même de belle surprise.

De par ses excellent résultat en science et en mathématique, il devint délégué de classe. Et a Seika deux choses comptaient. La réussite, et la popularité. Son binôme au poste de responsable fut une femme tout a fait excentrique, a qui jamais il n'aurait pensé parler. Katherine Sharp. Elle fut surement la première de cette classe qui lui adressa vraiment la parole. Elle avait entendu parler de ses talents de sculpteur et l'avait mis au défi de la tailler elle, dans le marbre. Défi relevé, statue sculptée, Miss Immortalisée. La relation qu'ils développèrent furent des plus surprenante, aussi bien pour l'un que pour l'autre, et même si en journée il ne se parlaient guère plus que pour s'entretenir sur le groupe de travail et ce qu'ils devaient dire au conseil, la soirée et la nuit étaient leur terrain de jeu, et de nombreuses discussions naquirent de leur relation. Ainsi chacun lisait en l'autre comme un livre ouvert, et Katherine devint sa muse. L'artiste et la muse.

Son cœur s'attacha, et Esai ne put refréner l’éclat qui allait briser la barrière entre l'homme et l'artiste. Une statue de glace pour laquelle la belle lui offrit son corps. Un des plus beau corps qu'il ait vu de sa vie. Dans le froid de la pièce et prit par une envie effréné, Esai vit voler la glace en fine poudre, faisant d'eux deux amants de glace pour une nuit seulement, la glace étant destinée a fondre bien vite. Il ne pensait surement pas que la chaleur la plus présente dans leurs esprits seraient celle de deux jeunes s'offrant l'un a l'autre, au delà de l'art, au delà des sentiments.

Leur relation se calme cependant. Ces deux amants la ne l'était guère que pour deux, trois fois peut être. Tout ça resta surtout enfermé dans leurs mails secrets, autour du monde, autour du cœur.

Au milieu de tout ça, le sculpteur avait cependant rencontrer une autre femme. Pas une italienne, pas une américaine, ou aucune de ces gravures de modes françaises qui veulent être dessiné, non, mais une japonaise pure souche, tout comme lui. De simple après midi de révision, leur relation évolua bien vite le soir, puis dans les jours qui suivirent. Elle avait des choses a oubliées, il avait une vie a repenser. Et c'est dans les bras de Keiko qu'il trouva son salut. Il ne cessa pas les discussions, ni la drogue, encore moins la sculpture.

Ce fut dans les derniers jours de l'année que ces deux la se dirent enfin tout. Simple ami, non, ami avec avantage, non plus. Il la vit ce soir la, comme souvent, passant du temps ensemble a faire diverses choses. Et puis elle le regarda silencieuse et lui demanda cette bête question.

"Qui est tu, Esai Mayaku ?"

Il planta son regard sombre dans ses grands yeux, qu'il croyait voir briller.

"Ton cavalier."

Elle m'a dit qui est-tu, j'ai dit Ton cavalier. L'artiste grava cette phrase sur une petit plaque de bois d’ailleurs. Mais c'était fait. Son cœur n'était pas guéri, mais au moins apaisé.

La fin d'année, qu'il pensait être la fin de Seika fut assez bouleversante encore une fois. Enfin pas directement. Seulement après. Katherine Sharp disparu purement et simplement de sa vie. A nouveau Esai ressenti un vide en lui. Pas un vide de cœur, non, Keiko était tout ce qui intéressait ce dernier, mais un vide quand même. Ils avaient tant partager en une année. Retour aux US, retour dans l'entreprise familiale. Et puis plus rien, plus un mail, plus un message, le vide pur et simple.

"Même si notre avenir à tous est une toile abstraite, tu resteras mon artiste, Mr Mayaku."

Il ne lui demanda jamais pourquoi. Il accepta, le temps passa. Le temps passa, les études aussi. La vie ne fut pas calme, pas avec Keiko qui entra en école de police comme elle l'avait souvent dit, alors qu'elle savait comment il subvenait a ses besoins. Mais elle accepta, elle accepta et ne dit rien. Il continue a vendre et a préparer, mais comptais se retirer, le faisant petit a petit, en allant.

Lui passa avec succès ses premières années de licence. Entre l'école de police et la faculté de chimie, les deux n'eurent plus le temps de se voir, ou très peu malgré l'appartement qu'ils partageaient. Et le temps érodant leurs amours, ils se sont, d'un commun accord, séparés. Les vives blessures de cet époques ne sont plus qu'un lointain souvenir. Tord moi, arrache moi, détruit moi, mon cœur ne pliera pas. Esai s'en est remis, elle aussi. Et ils sont restés amis malgré tout, se voyant encore quelques nuits, quand la solitude est trop forte pour eux.

Il se réinstalla donc seul, étudiant, presque sans revenu. Etant a nouveau seul, il revint sur une promesse qu'il avait fait a Keiko. Dans son nouvel appartement, il ré-installa nombre de tiroir secret et de matériel de chimie. Il n'avait pas perdu la main. Un peu plus d'un an après avoir arrêté, il retomba dans son ancien "boulot". Comme avant, cela ne le perturbait pas dans ses études. Reprendre ses anciens contact fut on ne peut plus facile au vu du souvenir que sa came avait laissé sur le marché, et que selon son receleur principale, jamais un produit n'avait atteint la qualité du sien. Reprendre contact avec les fournisseurs fut aussi simple. Et en peu de temps, deux mois peut être, il revint au centre des affaires.

Coté cœur, sa rupture fit a nouveau de lui l'homme froid qu'il était il y a 5 ans. Du coup depuis il se contente de coup d'un soir, brisant les liens quand il sent qu'une demoiselle se rapproche trop. Dans le même genre d'idée, il n'a quasiment pas gardé de contact avec les gens de sa classe a Seika. Des fois, ils les recroisent, mais de la a ce qu'il le reconnaissent.

Apres avoir fini ses 4 ans de licence il profita d'être en Master pour cumuler ses études avec un boulot de professeur de Chimie. Le directeur de Seika sembla presque ravi de voir revenir un ancien élève dans ce poste, comme un symbole de réussite de l'enseignement qu'il avait ici reçu. Lui ne le voyait pas forcement que de cet œil. Il y voyait surtout un vivier renouvelé de client potentiel. Comme avant il ne forcerait jamais a la consommation, mais les jeunes, lycéens comme étudiants n'avaient pas perdu en curiosité avec le fil des années.

Et donc voila, Esai Mayaku, Professeur de Chimie et tuteur a Seika le jour, Dealer expérimenté la nuit, Homme mystérieux vêtu de noir, ravi de vous revoir !

Le joueur
Prénom / Pseudo : Eng / Sai
Age : 20
Ancien ou nouveau ? Ancien
Comment avez-vous connu le forum ?  Rolling Eyes
as tu bien lu le règlement ? |OK| K


Dernière édition par Esai Mayaku le 03.05.17 9:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKeiko KiyoshiStar ★
• Messages : 810
• Yens (¥) : 18
• Date d'inscription : 31/05/2014

Carte ID
Age: 24 ans
Classe / Job: Policière
Logement: Appartement à Shibuya
MessageSujet: Re: Esai Mayaku, Prof de chimie, De Retour !   26.04.17 9:43
Hello ! Je suis tellement contente de t'accueillir de nouveau sur Seika Very Happy Bienvenue à la maison !

Aucun problème pour ta fiche, elle est validée !

Tu es donc : Professeur de Physique Chimie
Ton appartement se situe aux alentours de Seika.

Amuse toi bien avec moi parmi nous !

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Je parle en Royalblue ouh yeah.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarSaitô HibikiLégende
• Messages : 1172
• Yens (¥) : 268
• Date d'inscription : 02/09/2013

Carte ID
Age: 26
Classe / Job: Prof de sport / Athlète pro / Vendeur
Logement: Garage Shibuya
MessageSujet: Re: Esai Mayaku, Prof de chimie, De Retour !   26.04.17 10:39
Salut confrère ! Je sens qu'on va avoir quelques RPs à faire, toi et moi, et pour plein de raisons... Razz

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

In Memory of Chester Bennington


Spoiler:
 


Venez lire L'Ombre du Margrave et n'hésitez pas à commenter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Esai Mayaku, Prof de chimie, De Retour !   
Revenir en haut Aller en bas
 
Esai Mayaku, Prof de chimie, De Retour !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle prof de Chimie... avec un fouet ?
» Premier cours de Physique-Chimie [Noel, Libre]
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Le registre :: Fiches Validées-
Sauter vers: