Partagez | 

 Ichiro Tanaka

avatarIchiro TanakaTu me reconnais ?
• Messages : 63
• Yens (¥) : 15
• Date d'inscription : 10/09/2015

Carte ID
Age: 17
Classe / Job: 3ème année
Logement: Chambre 14
MessageSujet: Ichiro Tanaka   25.04.17 3:14
Ichiro Tanaka

Nom : Tanaka
Prénom : Ichiro
Age : 17 ans

Nationalité : Japonaise
Orientation sexuelle : Hétérosexuel

Groupe : Why so serious ?

Classe : 3ème année
Club : Seika - Art plastiques
Situation financière : Boursier - cas particulier
Baito / Fonction : Aucun pour le moment
Logement : Chambre n°14 avec Akito

Personnage de l'avatar ? L Death Note

Keep a secret ? C'est ma dernière chance avant la case prison. Je n'ai jamais connu mes parents.

Si on te dit "TheWatcher" tu réponds? Reste loin de moi et je resterais loin de toi

En apparence je suis ...
On me dit souvent que j’ai un côté badboy et ça me fait chier. Je ne me prends pas la tête sur mon apparence mais je n’aime pas être catalogué. Je n’aime pas non plus être au centre de l’attention, même si les tatouages dessinés un peu partout sur mon corps pourraient sous-entendre le contraire. Ils ont juste tous une signification pour moi, comme quelque chose que je n’arriverais pas à crier et qui doit s’exprimer.

Je mesure 1m74 mais je me tiens souvent vouté. Se tenir droit, c’est chiant sauf si c’est pour toiser quelqu’un de haut. Je monte jamais sur une balance mais je ne suis pas bien gros. Au contraire, je suis plutôt du genre nerveux et sec. J’fais pas de bodybuilding mais à force de me battre dans la rue ou de courir pour échapper aux flics je me maintiens en force. Des fois je fais des abdos ou des pompes, genre quand je n’arrive pas à dormir.

Je passe devant une vitrine et j’essaye de replacer mes cheveux bruns vite fait. Y a pas moyen, je n’arrive jamais à me coiffer. Ils sont toujours plus ou moins longs. Quand je commence à les avoir dans la bouche en mangeant ou en marchant je demande à une pote de les couper. Mes yeux sont très foncés, presque noir et j’ai de grosses cernes dues au manque de sommeil.  Ca et ma gueule blanche, je ressemble à un panda.

Niveau fringue, je ne possède pas grand-chose. Ma vie tient dans mon sac de voyage élimé. Trois jeans : un bleu délavé, un gris et un noir. Quelques t-shirt blanc ou noir. Des vans aux pieds. Bref, j’ai pas vraiment le look d’un gentil petit gars. Je porte quelques bracelets dans des métaux cheap aux bras et souvent je mets des mitaines. Je ne suis jamais sans un sweat à capuche.

Et à l'intérieur ...
Ce n’est pas évidant d’être honnête avec soit même sur qui on est réellement, aussi regardons d’un point de vue externe la personnalité de Ichiro Tanaka.

Il faut tout d’abord savoir qu’Ichiro à la possibilité physique de parler mais qu’il n’y parvient pas sauf avec son assistante sociale à ce jour. Dès qu’il doit parler à quelqu’un, c’est le vide intersidéral (et c’est la même chose pour écrire, il n’arrive à envoyer des messages qu’à son meilleur ami). Il s’exprime à travers ses dessins et ses poings.

Il est plutôt sanguin et a du mal à se canaliser. Pour autant il n’est pas bête et comme il sait que c’est une question de dernière chance, il va faire tout ce qu’il peut pour que cela se passe bien à Seika. Il n’est d’ailleurs pas un contestataire de l’autorité en tant que tel, il ne revendique rien. Il veut juste qu’on le laisse vivre sa vie tranquillement.

Ichiro fait de nombreux cauchemars en lien avec son passé qui lui provoquent des crises d’angoisses. Il n’est pas rare de le voir se réveiller en pleine nuit, pleurant et tremblant. Dans ces cas-là, il va fumer ou fait des pompes jusqu’à ce qu’il se soit ressaisis. Il est torturé par son passé à l’orphelinat.

Il n’aime pas les gens trop bavards ou qui ne sont pas compréhensif vis-à-vis de son état. Il n’accorde presque jamais sa confiance. Pour lui l’homme est un loup pour l’homme et de toute façon, il considère que s’il se lie avec quelqu’un on finira par l’abandonner. Il fonctionne comme un hérisson et préfère blesser que de risquer d’être blesser.

Les filles qui pleurent et les enfants en général le rendent mal à l’aise. Il déteste faire pleurer une fille.

Comme il ne parle pas, il écoute beaucoup. Il a appris à comprendre l’anglais à travers des musiques ou des potes de passage dans la rue même si il ne le pratique pas lui-même pour parler. Il aime bien manger, même si il peut lui arriver de jeuner 3 jours quand il ne trouve rien.

Il a un faible pour la bière, le saké et la vodka. Il fume des cigarettes tous les jours et parfois même un joint avant de dormir pour se détendre. Les drogues dures ne l’intéressent pas.


Once upon a time ...
Je traine les pieds, allumant une énième cigarette, la dernière de mon paquet à vrai dire et ça me fait chier. Aujourd’hui je quitte le foyer pour intégrer un prestigieux lycée. Asako Ikejiri s’est bien foutu de ma gueule sur ce coup là. Assistante sociale, hein. Elle est pas censée prendre ce genre de décisions. C’est avec elle que j’ai rendez-vous, pour peaufiner les détails de mon intégration là-bas. J’arrive au lieu de rendez-vous et comme d’hab, elle est en retard. Le foyer, les familles d’accueil, l’orphelinat… Et maintenant une école pour petit bourge en plein cœur de Tokyo ? Elle se fou vraiment de moi.

Mon portable m’indique 19 heures 48 et je la vois arriver. Je tire une dernière latte avant d’écraser mon mégot au sol. J’espère seulement qu’elle ne va pas trop parler. Je ne supporte pas les gens bavards.

- Bonjour, me dit-elle d’une voie enjouée.

- Salut.

La politesse c’est pas vraiment mon truc, mais ce qui est bien avec Asako c’est qu’elle ne s’en préoccupe pas. Elle me regarde de haut en bas et soupire. Je n’ai pas fait d’effort vestimentaire, ça doit être pour ça. Elle continue de croire que les gens peuvent changer, la bonne blague.

- Allez, on entre.

Je la suis sans un mot. Je n’arrive à parler qu’avec elle, mais ça veut pas dire que j’aime parler pour autant. Elle commende deux cafés et me fait un signe de tête pour poser mon cul sur une chaise. On aurait pu régler ça vite fait sur la route.

- Je suis surprise que tu m’ais répondu, pas de nouvelle depuis 3 mois, j’ai fais le tour des morgues du coin tu sais ?

Je me suis mis à rire malgré moi. Voilà pourquoi je me sentais à l’aise avec elle : toujours un ton décalé, jamais moralisateur. Elle fait son job mais ne cherche pas à me casser les couilles quand même. Je ne lui réponds pas et elle enchaine :

- Bon, j’ai réussi à avoir une place au lycée Seika car le directeur est un bon ami à moi, donc je compte sur toi pour ne pas me mettre dans l’embarra, d’accord ?

Je soupire et profite qu’on nous apporte les cafés pour rester de nouveau silencieux. De toute façon je n’arrive pas à parler devant les autres, même si je le veux.

- Putain Ichiro je ne rigole pas cette fois ! Avec toute cette merde, tu sais bien que c’est la prison cette fois au moindre écart de conduite.

- Et alors, qu’est-ce que ça peut te foutre ?

Son air furieux m’indique que ce n’est pas la bonne réponse. Je bois mon café et détourne le regard. Je me sens mal dès que j’entends le mot prison. Plutôt crever que d’être enfermé. Mais là, ce qu’elle me propose pendant un an c’est une prison dorée.

- Ce que ça peut me foutre c’est que j’ai pas investi 9 ans de ma vie pour que tu finisses drogué, tolard ou retrouvé mort dans un putain de caniveau.

J’essaye de me calmer mais cette discussion me tape déjà sur les nerfs. Elle veut quoi ? Que je regrette qui je suis ? La rue c’est comme ça ma belle, tu marches sur les autres ou tu te fais marcher dessus. Et puis drogué elle est sérieuse ? C’est pas un joint de temps en temps qui va faire de moi un macchabé. Elle se rend compte que ça va dégénérer car elle reprend sans me laisser répondre :

- C’est ta dernière chance Ichiro, alors je compte sur toi, point. Tu vas aller en cours, pas faire de vague, taper personne et tout ira bien. Dans un an tu seras libre.

- Hm, ouais. Je peux toujours essayer.

- Ne déconne pas Ichi, c’est vraiment ta dernière chance, je ne pourrais plus rien faire pour toi après !

Mon regard s’assombri. Elle en beaucoup fait pour moi depuis 9 ans. Beaucoup trop. Elle s’est déjà fait emmerder par son chef pour ça même. Egalité de traitement, blablabla. Je veux pas lui attirer des ennuis alors quand je dis que je vais essayer, je vais le faire pas besoin d’en rajouter putain. Mes mains se mettent à trembler sous la rage que j’essaye de contenir.

- Bon, une dernière chose… Tu vas devoir porter l’uniforme alors tiens, je suis passée le chercher pour toi.

- Bordel tu déconnes là ? Une chemise tous les jours ? Sérieux …

Elle se met à rire et ça détend l’atmosphère d’un cran. Elle se fou bien de ma gueule ouais et ça fini par me faire sourire.

- Allez on y va.

Elle a vraiment peur que je me barre … On sort et on monte dans sa vieille voiture. Je pose mon sac contre la vitre passager et m’appuie dessus. Je ferme les yeux et elle comprend qu’il faut me foutre la paix. Je repense à ma vie comme un con. J’ai jamais connu mes parents et j’ai vécu pendant 10 ans dans un orphelinat de Tokyo. Là-bas c’était marche ou crève. La loi du plus fort. On était gardé par des étudiants qui pensaient plus à se tourner autour qu’à gérer le bordel. Je m’en suis tellement pris dans la gueule… A l’époque je ne rendais pas les coups.

J’étais chétif et je tenais trop à cet imbécile de Sato risqué qu’on s’en prenne à lui.  N’empêche c’est toujours mon meilleur ami. Les surveillants aussi me taper dessus et j’aimerais bien recroiser ce connard d’Achi maintenant. C’est Asako qui m’a tiré de là. Elle faisait une visite dans l’orphelinat et m’a emmené  à l’hopital parce que je pleurais à cause de mon bras. Ces cons n’avaient pas vu qu’il était cassé. Je suis resté chez elle pendant 2 mois et c’était bien. Je croyais qu’elle allait être ma maman à l’époque … Mais elle n’a pas eu le droit à ce qu’elle m’a dit. Ou alors elle voulait pas, j’sais pas je ne préfère pas partir sur ce terrain.

Après ça a été les foyers, puis la rue. Les foyers c’est comme l’orphelinat mais t’es un peu plus libre alors ça passe. C’est la bas que j’ai appris à me battre, à voler et à piquer des caisses. Ensuite c’était la rue, mais je revenais parfois au foyer dormir.

- Ichiro, on est arrivé.

Je prends mon sac et on descend. Je suis mal à l’aise et j’ai les mains qui tremblent. Elle me tient par la manche avant de pénétrer dans l’enceinte du lycée et me fourre dans ma main deux paquets de clope.

- Allez courage.

J’ai envie de lui faire remarquer que ça ira mieux si elle me laisse fumer avant qu’on entre mais elle elle me pouce docilement.

- On est en retard.

Mon regard se pose devant moi. C’est une putain d’école ouais, y a combien de bâtiment là-dedans ? On rencontre le directeur et je n’écoute pas. Il me fait pas mauvaise impression, mais pour rester calme je me réfugie ailleurs, je pense aux paroles d’une musique. Il me donne un mot pour que je n’ai pas de problème avec les profs au sujet de mon mutisme et je trouve ça sympas. Il rigole un peu avec Asako et ça me gave. C’est déjà assez pénible comme ça. Il me refourgue un plan de l’établissement et des documents que je dois lire.

J’ai pas été en cours pendant 3 ans alors je sais que je vais être à la ramasse. Cette traite d’Asako lui en parle et il propose des cours particuliers. Bah voilà la bonne solution putain, traitresse. On sort du bureau et je regarde le plan. Je vais pas me tirer dans ma chambre tout de suite, je veux d’abord faire le tour et fumer. D’ailleurs mon sac pèse pas lourd. Asako me prend dans ses bras et j’ai un mouvement de recule sous le coup de la surprise. Elle sent bon. On est pas seul alors j’arrive à rien dire, mais comme je trouve le moment long je la pousse légèrement pour me dégager.

Elle sort de son sac à la mary poppins un grand bloc note et une trousse de crayon.

- Je t’ai fait parvenir des vêtements et ton matériel scolaire dans ta chambre, mais je voulais te donner ça en main propre … Reprends le dessin d’accord ? Je veux que ce carnet soit rempli à notre prochaine visite.

Je hoche la tête. En gros elle préfère que je me défoule sur du papier plutôt que sur des gueules. Je ne la remercie pas pour les affaires, mais en même temps elle s’y attend pas.



Le joueur
Prénom / Pseudo : Alicia Raven / Keiko
Age : 25 ans
Ancien ou nouveau ? TC de Keiko > Reroll de Misaki Domoyoji
Comment avez-vous connu le forum ? Toujours le même
As-tu bien lu le règlement ? |OK|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarKeiko KiyoshiStar ★
• Messages : 809
• Yens (¥) : 17
• Date d'inscription : 31/05/2014

Carte ID
Age: 24 ans
Classe / Job: Policière
Logement: Appartement à Shibuya
MessageSujet: Re: Ichiro Tanaka   28.04.17 12:55
Ceci est un auto-message de validation avec une histoire approuvée par Saitô.

Chambre : n° 14
Classe : 3ème année.

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

Je parle en Royalblue ouh yeah.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ichiro Tanaka
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de Kazuho Tanaka
» Tanaka Koki présentation
» Tanaka Koki
» Tanaka Reina
» Présentation de Tamika Tanaka [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Le registre :: Fiches Validées-
Sauter vers: