Partagez | 

 « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]

avatarInvitéInvité
MessageSujet: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   04.08.15 20:51
Kaname Ishikawa

Nom : Ishikawa.
Prénom : Kaname.
Age : 15 ans.

Nationalité : Japonaise.
Orientation sexuelle : Non renseignée.

Groupe : The smart ones.

Classe : Lycée - 1ère année.
Club : Seika's Pretty Spirit (majorettes). Même si... elle ne l'a pas voulu.
Situation financière : Aisée.
Baito / Fonction : A quoi bon travailler, quand papa-maman paient tout et cèdent à tous les caprices ?
Logement : Interne.

Personnage de l'avatar ? Shigure, from Kantai Collection.

Keep a secret ? Kaname est victime de ce que l'on appelle communément un « brother complex ». Ennemie de toutes les filles qui s'approchent d'un peu trop près de son frangin à son goût, elle leur fait vivre un véritable enfer. Envoyer des SMS aux demoiselles en se faisant passer pour Yuki, faire capoter les rendez-vous et démonter la réputation de ces grognasses, Kaname sait y faire. A ses yeux, il mérite une fille bien moins cruche que toutes ces qui lui tournent autour. Que dirait-elle en apprenant que son frère n'en a rien à faire d'elles ? Bonne question...
Et puis, aussi, Kaname, c'est la mini-professionnelle du piratage innocent. Et elle ne se contente pas de télécharger des films et des logiciels craqués, ni de créer elle-même des cracks, ça, tout le monde le fait. Non, elle, elle préfère hacker les comptes de son frère, changer les mots de passe et réduire ses parties à néant en quelques combinaisons de langage binaire. Parfois, aussi, elle crée des virus sur les appareils de son frangin. Reste à savoir où est-ce qu'ils ont appris tout ça... et qu'est-ce qu'ils pourraient bien en faire, mis à part se mener la vie dure l'un à l'autre.

En apparence je suis ...
Kaname n'a pas l'air de ce qu'elle est. Jamais son regard angélique soutenu par aucune cerne ne laisserait deviner qu'elle passe des heures entières à surfer sur internet et à jouer à ses jeux en ligne qui, d'après les adultes, rendent accrocs, stupides et violents. A croire qu'à cet âge, le corps s'adapte vite, quand bien même la croissance et les hormones font des leurs. Kaname a, ainsi, presque toujours l'air reposée, comme si de rien n'était. Ses prunelles couleur océan se posent sur le monde avec un intérêt certain, mais, souvent, une lueur de déception s'y allume ; lorsque les découvertes qu'elle y fait ne sont pas à la hauteur de ses attentes. Ses yeux sont le reflets de ses émotions, et rien n'y fait, elle a trop fréquemment l'air ennuyé. Pourtant, son sourire est ravissant à voir, avec ses lèvres souvent recouvertes d'une fine couche de gloss très pâle, parce que « ça plaît aux garçons ». Son rire aussi est doux à l'oreille, et sa voix claire, légèrement sur-aiguë lorsqu'elle se surprend à crier, d'une manière ou d'une autre, s'accorde parfaitement avec ses airs de jeune fille fragile. Peut-être est-ce son teint pâle, accentué par les heures passées devant un écran d'ordinateur, qui lui donne l'air encore plus frêle qu'elle ne l'est réellement.

La tignasse brune qui encadre son visage est obstinément indomptée, sans doute à jamais indomptable : des mèches s'échappent, se dressent, s'emmêlent, et Kaname a abandonné depuis longtemps l'idée d'en faire quoique ce soit, sinon les couper de temps à autres. Jamais trop courts cependant ; attachés en une tresse faite à la va-vite le matin avant d'aller en cours, ils atteignent sa poitrine. Elle s'est, depuis quelques mois, éprise d'une breloque abandonnée là, dans un coin de sa chambre, qu'elle s'est empressée de fixer à une barrette qu'elle porte constamment dans les cheveux. De la sorte, elle espère que sa crinière ne paraisse pas trop désordonnée, ou que la chose paraisse volontaire, en bref, un « coiffé-décoiffé » pas vraiment voulu, qui est finalement devenue sa coiffure quotidienne par excellence.

Du haut de son mètre cinquante-huit, Kaname ne se prive jamais de rire de son frère, de presque dix centimètres plus petit qu'elle. Elle le domine, et elle n'hésite pas à appuyer cette suprématie à l'aide de talons de trois ou quatre centimètres, jamais plus cependant. Rien que pour rire de lui et l'enfoncer encore. Souvent, on la prend pour la grande sœur, et ça la fait bien rire. Grande oui, mais aussi très mince et absolument pas musclée. Lorsqu'il a fallut porter les cartons de ses affaires quand elle a aménagé dans l'internat, elle a été aidée de quelques garçons qu'elle a soudoyés. Elle n'a vraiment aucune force, et il suffit de voir ses bras fins comme des brindilles pour le comprendre. Et pourtant, ce n'est pas faute de courir partout dés qu'elle n'est pas sur un ordinateur. Du coup, forcément, elle est facilement sujette à toutes sortes de blessures, et les entorses trouvent toujours le moyen de s'en prendre à ses chevilles, à ses poignets parfois. Faute de quoi, elle tente de s'en protéger au maximum -d'où le fait que ses talons ne soient jamais bien hauts, les rares, très rares fois où elle en porte- à l'aide de baskets montantes et précautions poussées à l'extrême qui consiste à ne pas approcher un quelconque ballon à moins de cinquante mètres.

Du côté de ses fringues, Kaname tape dans la simplicité : quand elle ne porte pas l'uniforme, c'est en short, jupes, vestes en jean, sweat et baskets qu'elle se promène, le tout dans des couleurs diverses et variées, pas toujours très assorties les unes aux autres, et souvent porteur de l'image de ses personnages préférés venus tout droit de son monde virtuel qu'elle chéri tant. Elle est une fille qui raffole de pins et badges qu'elle accroche à ses vestes et à son sac de cours. Elle en a partout, tout le temps : des emojis, des phrases cultes, des phrases geek, des badges d'appartenance à tel ou tel fandom, ou d'autres encore à l'effigie de ses héros de jeux et d'animes favoris, elle ne s'en lasse pas. Geek et otaku dans l'âme, elle en est fière et l'affiche dés qu'elle en a l'occasion, aucunement complexée de ce coté-là !

Et à l'intérieur ...
Kaname est intelligente, pas surdouée non, mais quelque chose qui s'en rapproche, beaucoup. Son comportement aussi pourrait donner l'illusion, elle qui montre un intérêt certain à chaque découverte, mais se lasse de toutes ces choses que son esprit comprend bien trop aisément. En avance sur les autres ? Sans doute. Autant dire qu'il ne faut pas être né de la dernière pluie pour étudier le langage binaire, le comprendre, le traduire et l'utiliser pour créer virus et autres auto-destructions de comptes divers et variés pour obtenir ce qu'elle veut d'autrui. Du coup, pirater les ordinateurs, les consoles, les téléphones, c'est son truc, l'un des hobbys qui occupent son temps libre, dés qu'elle n'a rien d'autre à faire. Ça, au milieu des jeux en ligne, du visionnage d'animés, de la lecture de mangas, du cosplay et de la collection de toutes les figurines et de tous les goodies trouvables sur le marché. Véritable otaku, gameuse à n'en pas douter, Kaname est de ces filles qui surprennent par leur habileté sur les jeux vidéos et par leurs connaissances en informatique. Autant dire que quand certains garçons la défient, elle relève toujours le challenge ; si elle gagne, tant mieux, et si elle perd, elle fait preuve d'un fair-play à toute épreuve, qui surprend lui aussi. Bonne perdante ? Seulement lorsque cela ne concerne pas son frère.

Face à lui, la défaite est interdite. Si le game over s'affiche sur son écran, pour sûr qu'elle réclamera vengeance, In Virtual Life dans le meilleur des cas, au travers d'une nouvelle partie chargée, In Real Life dans le pire en engageant une course poursuite et des menaces quant au fait de briser les si chères figurines de son frère. L'affaire s'achève souvent au sol dans des cris, insultes et menaces mais, malgré les nombreux avertissements de leurs parents, ils n'arrêtent jamais. Autant le dire : c'est l'amour vache entre eux. Kaname est persuadée que son aîné la déteste, et elle le lui rend bien, en apparence du moins. Sa vie ? Elle en fait un enfer. Toutes les occasions sont bonnes à prendre pour lui pourrir l'existence : détruire sa réputation, faire courir des rumeurs, casser tout le peu de crédibilité qu'il peut avoir online, c'est son occupation principale. Harpie avec toutes les filles qui traînent autour de lui, elle peut rapidement devenir violente avec les donzelles si ses méthodes les plus douces ne fonctionnent pas. Les coups, elle en a déjà donnés, inspirée sans doute par tous ces jeux de combat, ces MMORPG et autres MOBA auxquels elle s'adonne. Les représailles ? Elle n'en a que faire.

Et pourtant, si l'on prend la peine de mieux la connaître, on se rend compte que Kaname est un peu le genre tsundere, qui cache son affection débordante derrière des crasses et autres comportements froids voire agressifs. Pour exemple concret, son frère : elle l'aime, évidemment. Sans doute un peu trop, d'ailleurs. Mais ça, elle ne sait pas comment le lui dire, elle qui ne vient pas d'une famille dans laquelle dire « je t'aime » est normal et habituel. Alors, elle le fait à sa façon, en protégeant son frère des autres filles et elle tentant d'attirer son attention, avec son comportement insupportable à son égard. Vraie peste avec lui, emmerdeuse qui mérite des claques, elle n'agit pourtant pas de la sorte avec de mauvaises intentions. Il s'avère finalement que tout ceci n'est qu'un très léger soucis de communication fraternelle, et d'un amour très, très bien camouflé derrière de belles crasses dont ils ne manquent pas de se souvenir et de rabâcher les oreilles de l'autre dés que l'occasion se présente, et que l'heure des règlements de comptes et autres vengeances n'arrive.

Kaname est ce genre de filles un peu garçon manqué, qui préfère traîner avec la gente masculine et parler foot, basket, films d'action et jeux vidéos plutôt que mecs, maquillages, fringues et émissions de télé-réalité. Au mieux, même, elle apprécie casser toutes ces cruches trop maquillées qui, perchées sur leurs talons ridicules, croient dominer le monde. Auprès de celles-ci, elle ne s'attarde jamais mais, pour les plus agaçantes d'entre elles, Kaname complote dans l'ombre pour les voir tomber : les ragots faux mais tellement crédibles aux oreilles des plus naïfs font souvent leur petite affaire sans qu'elle n'ai à s'en mêler bien longtemps. Elle agit dans le dos des gens, fourbe et cruelle, rien que pour le plaisir de voir ces pauvres imbéciles pleurer de voir leur réputation réduite à moins que rien.

Pourtant, elle n'est pas quelqu'un de foncièrement désagréable, la petite brune. Au contraire même, avec les gens qu'elle apprécie, elle devient rapidement quelqu'un d'adorable, qui aime à rire des blagues les plus stupides et à en lancer à la cantonade des tout aussi idiotes. Kaname aime rire et se détendre avec ses amis, du moins les rares qu'elle a -autrement dit, les rares qui parviennent à supporter les moult refus qu'ils essuient lorsqu'ils lui proposent de quitter un peu son écran pour sortir au grand jour et son comportement parfois gamin et capricieux dés qu'il s'agit de jeux vidéos. Peu assidue lorsqu'il s'agit des cours, ses notes tiennent pourtant la route, largement ; elle parvient même à être dans les têtes de classe, quand bien même les matières étudiées l'ennuient. Sauf peut-être les maths, qui parviennent à accrocher un peu plus son intérêt, parce qu'on peut faire plein de choses avec les chiffres -surtout les zéros et les uns, en fait. Les seules choses pour lesquelles elle ne rechigne presque jamais à sortir de chez elle, ce sont les conventions et autres salons du jeux vidéos, là où cosplays, nouvelles consoles et nouveaux jeux sont à l'honneur. Evidemment, elle n'en revient jamais les mains vides : pour ça, elle peut compter sur l'argent de papa-maman, dont elle profite tout le temps puisqu'ils ne savent rien refuser à leurs enfants.

Cependant, elle aura toujours une préférence pour le couvert de sa chambre, en solitaire, face à face à son écran. Son meilleur compagnon de route, sans doute, celui où il suffit de quelques clics à peine pour réaliser ses fantasmes les plus fous. Aucunement besoin de sortir dehors affronter le froid, la canicule, la pollution, le bruit, le monde, les maladies et les guerres du monde lorsque l'on a tout un monde merveilleux de pixels à portée de mains, un monde dont on peut faire ce que l'on veut, même mourir puisque, de toute façon, on reviendra toujours au dernier checkpoint, la barre de vie à cent pour cent et aucun dommage à recenser, sauf peut-être la perte d'un item ou deux dans son stuff. Le monde virtuel, c'est son monde à elle, qu'elle a suffisamment dompté pour s'imposer sur la toile. Son pseudo, on le connaît : Saigai, ou désastre si l'on traduit, celle qui explose les records et qui poste ses let's play en facecam vus, aimés et partagés plusieurs milliers de fois par ses internautes. Son succès, elle en est consciente, mais s'en ennuie comme du reste. Quand bien même elle sort peu, les rares fois où elle le fait, on la reconnaît de temps à autres. Alors, elle signe un autographe ou prend une photo. Parfois, elle se retrouve entourée de groupies, souvent masculins, et c'est le genre de situations un peu dérangeantes qu'elle ne supporte absolument pas, celles où elle se trouve être le centre d'intérêt alors qu'elle voudrait s'effacer, elle, si solitaire et enfermée dans un univers factice.

Once upon a time ...
Kaname n'a jamais manqué de rien. Sinon peut-être d'amour parental. L'un des inconvénients quant au fait d'être née seconde d'une famille des quartiers riches, là où l'on croit gagner la gloire et l'admiration par mille présents qui valent des mille et des cents. Alors, évidemment, on a cédé à tous ses caprices, toujours ; elle voulait une nouvelle dînette ? On la lui offrait ; une nouvelle poupée ? Aussi. Un gros anniversaire avec pièce montée et des cadeaux plus grands qu'elle ? Elle l'avait aussi. En vérité, si l'on oubliait le manque cruel d'affection, la seule ombre au tableau était son grand frère, de deux ans son aîné, pas prêteur quand il s'agissait de ses jouets. Oh, bien sûr, elle l'adorait déjà, c'était son grand frère à elle, et elle ne voulait ses affaires souvent que pour la forme, parce que c'est le rôle d'une petite sœur ; mais c'est souvent elle qui finissait par pleurer. A cette époque, Kaname était déjà une petite peste terrible, mais Yuki avait l'avantage de la force, aussi, il l'emportait presque toujours. Toutefois, elle eut tôt fait de se désintéresser des jouets pour petites filles, préférant voler Action Men et autres petites voitures qu'avait éventuellement son frangin ; c'était plus amusant de partir en exploration et de faire des carambolages plutôt que de boire du thé avec une poupée aux grands yeux vides.

Il faut dire, très tôt, Kaname développa une phobie terrible à l'encontre de ces poupées de cire et autres qui fascinent tant certains collectionneurs. La raison est stupide, mais traumatisante pour une gamine qui n'avait même pas six ans à l'époque. Il y avait une poupée, perchée là sur le bord de l'étagère d'un gros meuble de sa chambre ; elle tenait l'un des jouets de Yuki à la main, et se battait avec ce dernier qui voulait bien sûr le lui reprendre. Elle avait fini par lâcher l'objet, mais était tombée en arrière. Plus de peur que de mal finalement et, oh, quelle peur : la poupée était tombée, avait heurté le bord de la seconde étagère et, arrivée en bas, Kaname avait fait face au visage brisé de la petite chose de porcelaine. Elle n'était pas vivante, certes ; mais voir ce front, cette joue volés en éclats, ce visage qui semblait avoir subi les pires horreurs et cet œil échappé de son orbite la terrifia. Elle cria, pleura, s'enfuit de sa chambre et refusa d'y remettre un pied avant que toutes les poupées n'aient été sorties et enfermées loin d'elle. Plus jamais elle ne prit le thé avec aucun jouet.

A la place, elle faisait la conversation avec cette nourrice si gentille qui les gardait, son frère et elle. Elle était douce, gentille, terriblement affective avec les deux enfants. Sans doute même plus que leur propre mère. Kaname aurait été incapable de dire de quel parfum se parait sa génitrice, alors que celui de la nourrice sentait bon la poire, parfois un peu la cannelle quand elle leur faisait des gâteaux pour le goûter. Elle ne rechignait jamais à leur lire une histoire ou à les divertir avec de quelconques activités manuelles. Ce fut d'ailleurs la première à remarquer que la petite fille ne parvenait pas à rester en place, décrochait rapidement de tout ce qui semblait l'intéresser quelques minutes avant, perdait parfois le fil de ses conversations aux profits de quelque rêverie ou d'autres sujets de discussion qui n'avaient, souvent, rien à voir avec les précédents. Ce fut donc elle qui décida d'en parler aux parents, et ils acceptèrent d'accorder un peu d'attention à leur fille, le temps de quelques rendez-vous médicaux, qui permirent de déceler chez la gamine un trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité. Rassurés qu'il n'y ait rien de plus grave, ils décidèrent qu'elle s'inscrirait à une activité sportive de son choix -de toute façon, ils avaient l'argent. Elle n'hésita pas, choisit l'équitation. Ils acceptèrent, parce qu'on dit que les animaux ont ce don pour apaiser ce genre de troubles. Evidemment, ce ne fut qu'une raison de plus pour Yuki et Kaname de se disputer mais, à force, c'était devenu habituel à la maison.

Toutefois, malgré leur « liberté », les parents pourtant si peu présents furent lassés des cris incessants qui résonnaient dans toute la demeure. On les confia à un précepteur, histoire qu'ils apprennent enfin les bonnes manières et la conduite en société, quelque chose comme ça. Les deux firent un effort les premiers temps mais, plus les cours passaient, et plus les soupirs lassés et les râles d'agacement se faisaient entendre. Autant dire que l'hyperactivité, et donc l'impulsivité de Kaname ne l'aidait absolument pas à rester concentrée sur ce que l'on essayait de lui apprendre. Et qui, qu'est-ce qu'elle en avait à faire, d'abord ? Plusieurs fois, elle demanda le comment du pourquoi avoir plus d'argent signifiait devoir être meilleur et mieux se conduire que les autres, on ne lui répondit jamais vraiment. Elle apprit par elle-même que dans les livres et les films, puis les bandes dessinés, animés et autres mangas, les choses se passaient de la même façon. Les riches et les intellectuels réussissaient, là où les autres, les lambdas étaient recalés. Déçue et peu désireuse de vivre dans un monde injuste et « pas drôle, d'abord », elle se renfrogna et refusa de faire ses devoirs, plus d'une fois. C'était une minuscule rébellion bien digne d'une gosse haute comme trois pommes, mais c'était sa façon à elle de protester. Malgré tout, elle fut forcée de poursuivre les cours et de subir les punitions données à cause des devoirs non faits. Qu'importe, Kaname n'apprenait jamais par la force ou la contrainte.

Et puis, il y eu l'élément déclencheur. Son frère, à dix ans, se vit offrir un ordinateur. Une belle bête, neuve, imposante, puissante, qui ne faisait presque aucun bruit au démarrage. Il n'en fallut pas plus pour que le garçon prenne goût à cet appareil et à tout ce qu'il pouvait en faire et, évidemment, ce ne fut d'une nouvelle cause de mille jalousies. Jours et nuits, la cadette cria son mécontentement et son désir d'avoir elle aussi un ordinateur, pour jouer comme il le faisait. « On apprend plein de trucs sur un ordi ! » qu'elle disait tout le temps. Elle pensait que c'était peine perdue mais, à force d'insistance, elle reçu elle aussi son ordinateur, à peine quelques semaines après que Yuki ait eu le sien. Alors, elle apprit à manier le clavier, la souris et l'Internet, elle s'inscrivit sur les mêmes jeux que son aîné, puis en découvrit d'autres, sur lesquels il la suivit. Ils découvrirent aussi les joies des discussions par micro avec des gens à l'autre bout du pays, une fois qu'ils eurent fait céder papa-maman pour du matos de qualité -micros, casques, webcams, amplificateurs de réseau et tout ce dont on peut rêver lorsque l'on est un gameur approuvé.

Bien sûr, il n'y eut pas que des bons côtés à l'arrivée du monde virtuel chez les enfants Ishikawa ; au contraire même. Il ne leur fallut pas longtemps avant qu'ils ne finissent par décrocher avec la réalité, s'enfermant dans leur chambre, casque sur les oreilles et yeux rivés sur l'écran, doigts tapant frénétiquement sur le clavier. C'étaient des nuits blanches qui s'enchaînaient pour monter leurs personnages aux plus hauts levels, pour construire les meilleurs stuffs et débloquer les plus beaux skins. Evidemment, la carte bleue des parents ne fut pas longtemps épargnée par leurs achats intempestifs sur les jeux en lignes -mais bon, « on est riches donc on peut »- d'autant plus lorsqu'ils découvrirent l'art du cosplay dans toute sa splendeur. C'est en traînant sur la page Facebook d'une maison d'édition de mangas dont Kaname était fan qu'elle avait vu la photographie d'une fille, déguisée en un personnage d'animé, incarnant parfaitement le rôle qui était le sien. Charmée, elle laissa un like sur la page de la cosplayeuse, en découvrit d'autres ensuite. De son côté, Yuki avait sans doute découvert en cherchant de quelconques images -de Yaoi peut-être, mais ça, Kaname n'est pas supposée le savoir. Et puis, un jour, la discussion avait été lancée ; chacun surpris que l'autre connaisse, ils avaient décidé de se lancer dedans à leur tour. Bien évidemment, la cadette ne fut pas souvent bien gentille avec son frère, l'obligeant par mille menaces à enfiler des tenues dignes des plus ridicules princesses de tous les temps. Le pire ? C'est que ça lui allait bien.

De son côté, Kaname avait découvert les let's players, ces personnes qui jouent aux jeux vidéos en livecam, qui s'enregistrent et interagissent avec leur public via chat et micro. De plus en plus fascinée par le phénomène, et admirative de tous ceux qui se lançaient dans l'aventure, elle passa le pas elle aussi ; elle ouvrit son channel sous le pseudo de Saigai, celui qui lui sied si bien depuis si longtemps, et lança sa première vidéo. Si au début, elle ne faisait pas de live, cause de moyens pratiques, il ne fallut pas bien longtemps pour qu'elle se voit acheter un deuxième écran d'ordinateur -l'un pour le jeu, l'autre pour s'assurer que le live fonctionnait et surveiller le chat. Avec un peu de pubs, et quelques discussions avec d'autres joueurs comme elle, elle parvint rapidement à se faire un nom -après tout, les filles dans le domaine sont plutôt rares pour le moment- et se retrouva avec bien plus d'abonnés à sa chaîne qu'elle ne l'aurait cru. Vous imaginez bien, cependant, que la plupart des lives n'étaient pas de tout repos, lorsque l'on a un frère comme Yuki...

A peu près à la même époque, à force de télécharger jeux, films et autres logiciels de façon bien évidemment illégale, ils apprirent à créer des cracks eux-mêmes puis, de fil en aiguille, à pirater. Des comptes Facebook et Skype pour commencer, parce que c'est le plus simple ; puis les comptes de l'un et l'autre sur leurs jeux en ligne, les comptes d'utilisateurs sur leurs ordinateurs respectifs, aussi, bien sûr. Et puis, un jour, ils parvinrent à pirater le compte en banque de leurs parents. C'était complètement dingue, mais ça n'avait pas été très compliqué. A cette époque-là, Kaname avait d'ailleurs lu un article sur un type qui, après avoir piraté une base de données importante, avait été engagé pour renforcer la sécurité de la fameuse base. Secrètement, la pré-ado rêvait d'un avenir semblable pour elle-même. Elle ne voulait surtout pas reprendre l'entreprise familiale, parce « c'est chiant à mourir », mais l'idée d'un emploi dans une autre riche entreprise où elle pourrait ne travailler que derrière un écran lui convenait parfaitement. Alors, dans un coin de sa tête, elle se jura de pirater un jour la base de données du gouvernement de son pays, ou d'une enceinte à peine un peu moins importante ; n'importe quoi qui puisse lui assurer un emploi dans l'informatique, suffisamment poussé pour ne pas qu'elle se lasse. En attendant, elle s'entraînait sur les comptes de son frère, obtenant tout ce qu'elle voulait de lui en le menaçant de réduire à néant ses heures entières passées à level up son personnage fétiche.

En même temps, au fil des jours, une attirance certaine mais déplacée commençait à naître chez Kaname, et elle n'était pas dirigée envers n'importe qui, surtout pas un garçon de son collège ni même l'un des garçons qu'elle avait rencontrés sur un jeu puis vus in real life, mais bien... envers son frère. Oui, ce fut lorsqu'ils se déchirèrent le plus que Kaname développa son brother complex, persuadée que, de toute façon, aucune fille ne méritait son attention, sinon elle-même. Forcément, lorsqu'il rencontrait des filles des jeux vidéos, elle se sentait menacée : c'étaient des gameuses elles aussi, alors il y avait de quoi voir en elles de potentielles rivales. La cadette Ishikawa s'arrangea toujours, dans ces moments là, pour faire capoter chaque rencontre. Si elle pouvait s'y prendre à l'avance, elle volait le téléphone de son frère, le piratait parfois, et envoyait des messages en son nom aux filles en question, pour qu'à la suite de ça, elles ne veuillent plus jamais entendre parler de lui. Lorsque, pour une raison ou pour une autre, elle ne pouvait pas empêcher la rencontre, elle s'arrangeait alors pour débarquer en plein milieu et rabaisser la donzelle en chaleurs, ne laissant jamais l'occasion à son frère d'en placer une. Dans ces cas là, c'était elle qui menait la danse, elle et personne d'autre.

Elle n'avait toujours pas arrêté l'équitation à ce moment-là, mais on l'y obligea. Punition, pour avoir osé sécher tant d'heures de cours, aux profits d'inconnus rencontrés sur internet et de personnages faits de pixels. Kaname ne broncha pas ; quel intérêt ? Ça ne lui permettait que d'être encore plus enfermée dans sa chambre. Plus besoin de se lever le samedi matin pour se rendre aux reprises, elle pouvait rester chez elle, rattraper de ses nuits blanches et continuer à jouer jusqu'à ce que ses yeux n'en puissent absolument plus. De toute façon, ses notes restaient des plus correctes, pour ne pas dire excellentes, Kaname était une lumière en mathématiques, en sciences, en physique, tout ce qui concernait les chiffres était on ne peut plus simple à ses yeux. En anglais non plus, elle ne se débrouillait pas trop mal, grâce aux jeux vidéos notamment ; « ça sert pas à rien dans la vie », après tout il faut bien. Alors pourquoi tant de crises ? Peut-être parce que les géniteurs se rendaient enfin compte qu'ils avaient foiré quelque chose dans l'éducation de leurs enfants. Ce qu'ils ne savaient pas, c'était que l'heure des rattrapages était déjà passé depuis bien longtemps.

Pourtant, ils misèrent leur dernière carte, et décidèrent de les inscrire dans une école réputée, dans un dernier espoir qu'il reprennent le bon chemin, deviennent des enfants sages et dignes du titre que leur imposait leur richesse. Allons donc, « ils sont sérieux les vieux ? ». Heureusement, ils n'embarquèrent pas tout à fait seuls pour cette nouvelle aventure... Evidemment, comment être seuls lorsque l'on emmène tout ses amis virtuels avec soi ? Eh oui... Vous pensiez vraiment qu'ils partiraient sans leurs ordinateurs, leurs mangas et quelques cosplays ? « Echec et mat, mec. »

Le joueur
Prénom / Pseudo : Yuze / Kaname. o/
Age : On ne demande pas à une demoiselle... Pas encore majeure mais pas trop loin non plus.
Ancien ou nouveau ? Newbie. o/
Comment avez-vous connu le forum ? Partenariat ou top-sites la première fois que je l'ai vu, mais inscrite grâce à Yuki. o/
As tu bien lu le règlement ? OK --S


Dernière édition par Kaname Ishikawa le 14.08.15 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   14.08.15 2:50
Cette petite vignette s'ouvre pour vous informer que le téléchargement du crack KanamexIshikawa.exe est désormais achevé. Pour lancer le logiciel, vous pouvez dés à présent cliquer sur valider. Pour tout changement, rendez-vous dans les options, onglet préférences et faites vos choix. Pensez bien à enregistrer vos modifications avant de valider, afin qu'elles soient prises en compte lors du prochain lancement.

PS : Bonne lecture et au plaisir. ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatarSaitô HibikiLégende
• Messages : 954
• Yens (¥) : 187
• Date d'inscription : 02/09/2013

Carte ID
Age: 26
Classe / Job: Prof de sport / Athlète pro / Vendeur
Logement: Garage Shibuya
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 12:47
Bonjour,
J'ai enfin eu le temps de lire ta fiche, ouf. Désolé du temps de réponse.

L'histoire et les descriptions sont très bien.
J'ai toutefois une inquiétude sur ton secret. Le premier, c'est que si ton frère(RP) ne peut plus RP, et/ou quitte le forum, ton personnage va perdre beaucoup d'importance.
D'un autre côté, tu as le piratage (d'ailleurs, tu as déjà pratiqué un peu ? J'ai lu des choses bizarres sur ta fiche là dessus), mais je ne sais pas si ce serait suffisant.
Techniquement c'est bon.
Tu va être validé très prochainement Wink

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗

First a spark, then a flame, now a fire ! We explode !

Venez lire L'Ombre du Margrave et n'hésitez pas à commenter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 13:00
Bonjour !
Ahah, pas de soucis pour le temps, je sais être patiente Razz

Boarf, pour mon frère, pas de soucis ! A vrai dire, c'est même lui qui m'a tirée ici, je connais bien la joueuse, y'a pas de risques, c'est pas la première fois qu'on se lance dans des histoires de liens tordus à deux Razz Donc, vraiment, pas d'inquiétude de ce côté là !
Oh bon sang, non, je n'ai jamais pratiqué xD Disons que ce sont mes lectures, mes visionnages et un peu d'imagination qui donnent ça. Razz (bon, j'avoue, j'ai piraté le Skype d'un pote une fois, mais c'était juste pour lui faire une blague héhéhé)

Pas de soucis, merci beaucoup ! Very Happy


Dernière édition par Kaname Ishikawa le 15.08.15 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarFujiyori NakamuraDirecteur de Seika no Gakuen
• Messages : 382
• Yens (¥) : 360
• Date d'inscription : 30/08/2013

Carte ID
Age: ?
Classe / Job:
Logement:
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 13:01

Bienvenue parmi nous mademoiselle Ishikawa! Votre frère parle souvent de vous et toujours en bien, c'est un plaisir pour moi de mettre enfin un visage sur ses louanges.
Bien évidemment, votre inscription est validée !

Voici vos attributions à compter d'aujourd'hui:
- The Smart Ones
- Classe de 1ère année
- Chambre 11 (seule pour le moment, mais je ne doute pas que cela ne durera pas...)
- Le club des majorettes se réjouit de vous accueillir parmi elles et Katherine Sharp, votre capitaine vous informe qu'une toute nouvelle chorégraphie est à mettre en place pour le championnat d'automne à Osaka et compte sur votre présence au prochain entrainement mercredi prochain.

Pour l'heure, je vous invite à générer votre carte ID au secrétariat et à attacher le lien de cette fiche dans votre profile dans l'espace prévu à cet effet.

Très bonne journée à vous et en cas de question, la porte de mon bureau vous est presque toujours ouverte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 13:07
Merci monsieur !
Je me demande quand même où est-ce que mon frère a parlé en bien de moi... Hm, je vais mener ma petite enquête, ça m'a tout l'air intéressant !

En tout cas, merci beaucoup, encore, pour la validation !
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 14:03

Bienvenue vilaine petite. Hâte de voir ce dont tu es capable pour garder ton grand-frère rien que pour toi hinhinhin. elephant
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 14:12
Pff... Pourquoi tu m'as suivi ici ? Quelle plaie, sérieux.

Bwahahaha, welcome, sister de mon cœur ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 14:24
Merciii Navi ! ♥ Héhéhé, beaucoup de choses, crois-moi. c:

D'où je t'ai suivi, Nii-san ? T'as qu'à te plaindre à papa et maman, c'est eux qui nous ont envoyés ici TOUS LES DEUX ! è.é Merci huhu ♥
Revenir en haut Aller en bas
avatarSky Lee★One Woman Army
• Messages : 977
• Yens (¥) : 124
• Date d'inscription : 19/09/2013

Carte ID
Age: 23 ans
Classe / Job: Prépa L / stage dans un journal
Logement: Shibuya
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 15:05
Bienvenuuuue! I love you
J'aime toujours les trucs de sister/brother complex oui j'avoue j'aime aussi KissXSis mais voilaaaa c'est tellement marrant et touchant!

/o/ hâte de te voir en rp, jolie petite sœur possessive! ~

✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗ ✗


"I used to hold my freak back..."
Now I'm letting go:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://seikang.forumactif.org/t1713-sky-lee-is-back-o
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 21:52
Bienvenue à toi Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 21:54
Merci vous deux ! ♥
Héhé, les brother complex je n'en ai joué qu'une fois dans ma vie avant aujourd'hui, on va bien voir ce que ça va donner, ça promet des RP assez fun en tout cas, j'espère ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatarYuu OtosakaHey Bitch, I'm here ♥
• Messages : 113
• Yens (¥) : 13
• Date d'inscription : 27/07/2015

Carte ID
Age: 26
Classe / Job: Policier à la crim
Logement: Appartement autours de Seika
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 22:10
Bienvenue o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   15.08.15 22:14
Merciii ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvitéInvité
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   18.08.15 7:12
Bienvenue Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]   
Revenir en haut Aller en bas
 
« Touche pas à mon frère ! » — Kaname Ishikawa [Ended Download]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DANIELLE CAMPBELL ☞ Elsa Van Der Wood ▪ petite-soeur
» Une touche de déco
» Touche pas à ça malheureux !
» Un frère abusif ? [PV]
» « Toi que j'appellais mon frère, comment peut tu autant me hair ? Est-ce vraiment ton désir ?» •• PV ISRAËL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seika No Gakuen :: Administration :: Archives :: Anciennes fiches-
Sauter vers: